Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'agriculture recrute...

Les préjugés ont la vie dure : seuls 14% des Français (1)

pensent que le secteur agricole recrute. Ainsi, « L'agriculture recrute chaque année 50 000

nouveaux CDI auxquels viennent s'ajouter plus de 800 000 contrats à durée déterminée»,

souligne Jérôme Despey, président du FAFSEA.

Le secteur, qui pâtit d’un déficit d’information sur ses besoins en termes d’emploi, présente

pourtant de nombreux avantages aux yeux des Français, comme celui de travailler en plein

air et de participer à l’alimentation humaine (pour plus de 80% des personnes se déclarant

prêtes à travailler dans l’agriculture). Ainsi, d’après ce même sondage, 27% des Français et

plus de la moitié (53%) des demandeurs d’emplois se disent prêts à travailler dans

l’agriculture.

Parmi les dispositifs de formation proposés, le contrat de professionnalisation, avec un

taux de satisfaction global de 83%2, est de plus en plus prisé par les chefs d’entreprise

agricoles. Il constitue un tremplin exceptionnel vers un emploi stable. Ainsi, pour Eloi

Schneider, secrétaire général du FAFSEA, « Le contrat de professionnalisation cumule les

avantages d’une formation théorique solide avec une mise en pratique immédiate, ce qui est

un moyen concret d’assurer son insertion dans l’emploi en intégrant une entreprise dès le

stade de la formation ».

(1)

Source : sondage exclusif 2012 FAFSEA-OpinionWay sur l’attractivité

Parmi les demandeurs d’emploi interrogés, 39 % sont prêts à se former dans l’agriculture.

Du côté des salariés et des apprentis, le total est de 34 %.

Pour rappel, en 2013, le Fafsea avait confié un sondage exclusif à Opinionway (« les demandeurs

d’emploi et la formation professionnelle agricole : 51% des demandeurs d’emploi se disaient prêts à

TRAVAILLER dans l’agriculture. La question SE FORMER POUR TRAVAILLER en agriculture n’avait pas alors été posée.

Selon Jérôme Despey, président du Fafsea, « Le décalage de 12 points entre la volonté de

travailler en agriculture, plus forte que la volonté de se former pour travailler en agriculture,

montre qu’il y a encore du chemin à faire pour lever les freins face à la formation. Pour faire face aux besoins de main-d’œuvre de la profession agricole, il faut inciter les demandeurs

d’emploi à rejoindre nos formations qualifiantes, souvent très techniques. Nous devons

continuer à valoriser l’image des formations professionnelles et des métiers agricoles, qui

offrent d’indispensables qualifications pour de vrais emplois dans toute la France et dans de

nombreux secteurs».

L'agriculture recrute...

Partager cet article

Repost 0