Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Oui, je râle encore...

La réforme de la formation : Allez ! On réfléchit un peu ?

Peut-être un petit coup de gueule tout à fait personnel concernant l’avenir de la réforme de la formation. Je ne souhaite certainement pas la remettre en cause, beaucoup de points sont positifs et étaient nécessaires. Le changement de paradigme qui pousse l’entreprise à donner une orientation stratégique à la formation, et aux salariés à devenir acteurs me plait bien… mais ?

  • On ne peut pas enlever le minimum légal et s’en remettre au bon vouloir des DRH ou des RF car, pour une bonne partie d’entre eux, la balle n’est plus dans leur camp. En face de cette médiatisation de l’arrêt de l’obligation fiscale, même si une majorité d’entreprises font plus que le minimum, les DG et DAF ont tenu le même discours : « comme les autres budgets vous allez faire -20%... »
  • L’argument « investissement stratégique » aurait pu faire mouche, si les normes comptables internationales avaient accepté l’inscription en investissement amortissable. Ce chantier reste à mener, mais avec de vrais experts et de vrais motivations, et surtout très vite.
  • La logistique de base possède aussi ses virus : un nombre considérable de salariés ne possèdent pas d’adresse internet. Les statistiques ne tiennent pas compte du fait que, moi par exemple, j’en ai six et masque ainsi 5 salariés qui n’en n’ont pas. Du coup le CPF patine, puisqu’il en faut une pour ouvrir le compte. Et ce sont ceux qui en ont le plus besoin qui sont concernés. Une procédure provisoire « papier » (mais très simple) est indispensable.
  • Le consensus des organisations syndicales est l’arbre qui cache la forêt. Que vont-elles dire le jour du « bilan », c’est-à-dire, le jour de la présentation du plan 2016, cette fin d’année ? Que le compte n’y est pas ? Je ne donne pas cher à ce moment du consensus. Ce même consensus qui fait que les « politiques » face à cette « sagesse », font passer la formation en queue des priorités…
  • Quant aux organisations patronales qui font preuve d’une grande « frilosité » dans les branches, n’incitent guère les entreprises à communiquer sur la formation (sur le CPF), non en communication institutionnelle, mais en communication terrain : comment faire en sorte que le management encaisse sans rechigner le poids des entretiens biannuels, comment modifier les postures managériales pour affirmer que le premier rôle du manager de proximité (et des autres d’ailleurs) est de tirer ses collaborateurs vers le haut.
  • Que dire de l’apprentissage où les entreprises se disent que le dispositif d’avant était plus favorable (mais c’était avant !)
  • Les guerres à venir entre OPCA, pour récupérer les dépouilles des 3 ou 4 qui vont laisser leur peau à la suite de la chute de la collecte, et des salariés qui risquent d’en faire les frais.
  • La disparition d’organismes de formation qui ne pourront faire face à ces 20,30 voire 40% de baisse annoncée du marché

Certainement bien d’autres choses encore, mais écrit sur un coin de table, ce billet est avant tout la sonnette d’alarme pour faire passer un message : dans deux mois les Responsables Formation vont commencer à mettre en œuvre le plan de l’année prochaine. Que doivent-ils faire ? Vont-ils s’engager sur des terres sécurisées ou mouvantes ? Les différentes parties prenantes devraient y réfléchir…plus vite pour envoyer les signaux qui vont bien : on modifie la réforme ? On prend un peu de temps ? On clarifie, on ajuste, on fonce (par endroit) ? Rester droit dans ses bottes, avec une posture d’autiste serait une grave erreur…

Partager cet article

Repost 0