Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Carnet de route d'une RH junior...

Pour nos fidèles lecteurs de plus en plus nombreux, pas de surprise : des nouvelles de notre globe trotteuse avec un regard RH et interculturel. Merci Auriana et bonne fin de route.

Carnet de route d'une RH junior...

Recrutement et rémunération au Myanmar : quelles différences et similitudes avec la France ?


Dans mon précédent article, il était intéressant de découvrir comment un
birman devient guide sous une dictature du fait du contrôle de l’information. Il s’agissait d’un cas bien spécifique où l’Etat intervient fortement, ce qui n’est pas nécessairement le cas dans d’autres
professions.
J’ai recueilli un certain nombre d’informations auprès d’un guide qui m’a accompagné lors d’une randonnée de 3 jours dans la région de Kalaw. Selon
ce dernier, la recherche d’emploi au Myanmar se déroule souvent de la manière suivante :

1. L’intéressé recherche un emploi en se présentant directement chez un employeur ;

2. Sans grande formalité, l’intéressé interpelle l’employeur sur son besoin en recrutement ;

3. Si l’employeur a un besoin en recrutement et qu’il est intéressé, il met à l’essai le candidat afin de le tester sur le terrain pendant quelques jours (généralement de 3 à 5 jours) ;

4. Si la période d’essai est satisfaisante, le candidat est embauché.


Nous constatons une première différence culturelle avec la France dans le processus de recrutement.

Au Myanmar, la période d’essai se déroule avant
l’embauche et sans contrat. Le recruteur prend sa décision seulement après avoir observé le candidat à l’œuvre sur le terrain.

En France, cette période d’essai a lieu une fois le contrat de travail signé. Il peut arriver que le candidat soit mis à l’épreuve avant l’embauche mais il ne
s’agit en aucun cas d’une période d’essai. Cela se concrétise souvent sous forme de tests, de jeux de rôle, etc.


Cependant, il existe quelques similitudes entre le processus français et birman.

Tout d’abord, l’employeur birman peut demander à voir le diplôme du recruté quel que soit la profession. De plus, il a le droit de consulter
son extrait de casier judiciaire. Pour ce faire, il se rend directement dans un bureau de police contrairement en France où c’est le recruté qui le
fourni à l’employeur.

Enfin, la relation de travail est formalisée au Myanmar via une promesse d’embauche mentionnant la rémunération et les règles de travail.


Contrairement à la France et à bien d’autres pays, la rémunération figurant sur la promesse d’embauche n’est pas fixe.

Elle fluctue en permanence étant
donné que cette dernière est indexée au cours de l’or. Autrement dit, le salaire peut augmenter ou diminuer sans l’accord préalable du salarié !

Partager cet article

Repost 0