Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

au Carrefour du numérique

Lorsque le recrutement prend des allures de Cyber espace...

Ce matin, invité à la présentation du nouveau site recrutement de Carrefour, il m'a été donné de me rendre compte que je n'étais plus au fait des dernières avancées du numérique, mais surtout de comprendre que des paradigmes n'étaient visiblement plus les mêmes au sein des populations RH.

D'abord la motivation : pourquoi un nouveau site et qu'a-t-il de nouveau ?

La DRH Isabelle Calvez, l'explique très bien : " nous devons recruter 40 000 collaborateurs, dont 5000 alternants, par an, ce sont autant de consommateurs potentiels. Alors considérons les candidats, mais aussi les salariés avec autant de respect et d'écoute que ce que nous manifestons pour nos clients."

Or que veulent les candidats : de la convivialité, de la transparence, de la réactivité et surtout que leur navigation ne les entraîne que sur des sujets qui les concernent.

Le site de Carrefour a donc été conçu avec ce leitmotiv : 100% tourné candidat ! (et non 100% tourné RH)

Et puis les recrutements des nouveaux salariés concernent principalement des jeunes générations et parmi elles beaucoup de petits niveaux de qualification. La culture du CV n'existe pas ou plus. Même les niveaux bac+ considèrent que leur profil Linkedin vaut mieux qu'un cv...

Donc, pour faire simple, on entre dans cet outil numérique (depuis son smartphone) par plusieurs portes d'entrée possible. Le CV n'est plus obligatoire. On peut simplement répondre à un petit quiz qui va déterminer quels sont les métiers auxquels je peux postuler, me dire s'il en existe près de chez moi (géolocalisation oblige), me calculer mes temps de transport et les contraintes horaires, et me mettre en relation avec des "ambassadeurs", c'est à dire des salariés qui pratiquent ces métiers... et qui enfin, me donne un accusé de réception de ma "candidature" et me formalise la marche à suivre pour la suite... durée de la manœuvre : moins de 10mn.

Dores et déjà de futures applications sont dans les tuyaux : une fois recruté, le site me permettra de savoir si un autre salarié pratique le même métier dans un autre magasin, plus proche de chez moi et me proposera de switcher si la permutation est un avantage pour nous deux...

Ce tournant numérique prend en compte aussi les salariés en poste qui sont présent sur les réseaux sociaux et qui peuvent être des "attracteurs" potentiels. Encore faut-il les accompagner pour que l'"image employeur" soit cohérente.

Ce dernier point est révélateur d'une nouvelle donne qui "colle" à la culture des nouvelles générations, mais qui, pour moi, me semble devoir être analysée plus finement : la perméabilité entre le "privé" et le "professionnel".

Dans cette optique en effet, deux remarques me semblent devoir être prises en compte : celle de la responsable du projet numérique chez Pôle Emploi, Anne Laure Campanella, présente à cette réunion et qui à la question "dérives possibles et éthique" déclare : "c'est le résultat qui prime, si le demandeur d'emploi trouve plus rapidement, il ne faut pas se poser de question, on doit faire...", et sur l'évolution du prédictif, un autre intervenant de déclarer... "ce peut être un point d'arrêt au recrutement de clone en analysant par algorithmes les similitudes de comportements et d'aptitudes, sans tenir compte des diplômes et des expériences". Dans ces deux cas, le fait de ne pas se poser de questions et d'autre part de remplacer un clonage par un autre, me semblent porter en eux les risques réels de dérives...

Néanmoins, force et de constater que si l'humain reste aux manœuvres, ce site est un outil à la dimension des besoins de l'entreprise et des candidats.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :