Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grève à l'usine de Clermont-Ferrand (Episode 7)

Grève à l’usine de Clermont-Ferrand (Episode 7)

Le CE commençait manifestement assez mal. D’abord la salle de réunion était devenue trop petite et Philippe avait refusé les connections « conf call » Il voulait du « contact ». On avait donc transporté tout ce monde dans la salle du Conseil d’Administration, nettement plus grande et aux grandes baies vitrées donnant sur la chaîne des Puys.

Reprenons la liste des acteurs : Philippe bien entendu en qualité de Président par délégation du DG. Ensuite, Germain Tradelle, délégué CGT, Myriam Narquin, déléguée CFDT, Rodolphe Laval, FO et Jérôme Bosch, suppléant FO aussi, Sophie de Vergne CFE-CGC, et deux élus sans étiquettes, Donald Macque et Bertrand House. Ce pour les représentants « humains ». Mais depuis deux mois, par pression de l’ANDRH (Association Nationale des Robots Humanoïdes), acceptée par le Ministère du Travail, des représentants des Robots assistaient avec rôle consultatif au CE. De plus des syndicats avaient créé des fédérations spécifiques pour les robots. Nous retrouvons donc Kalkow, le « preneur d’otage » du début, depuis délégué SUD de la Fédé des Robots, Abraham, délégué FOR (Force Ouvrière Robotisée), Lambic (sans étiquette) et Alphonse Halais délégué des Trans. Le secrétariat était assuré par Germain Tradelle.

  • Mesdames et Messieurs … et les autres, prenez place. L’ordre du jour est chargé. Nous devons étudier les points suivants : D’abord le rachat de la société Technova, spécialisée dans la maintenance des blindés militaires, puis la recrudescence des accidents de travail à l’atelier 3, le financement de la formation pour les robots, les demandes de mutations des « Trans », la qualité de la cantine des ateliers 1 et 2, les temps de pause pour les humains.
  • Monsieur Erlaint, vous oubliez que les pauses concernent aussi les « trans ».

C’était parti, Halais commençait les hostilités.

  • Je n’oublie pas, Alphonse, mais je me dois de répéter ce dogme du droit du travail, qui vaut aussi pour les robots depuis la décision du Conseil Européen, « à travail égal, traitement égal », sauf bien entendu entre humains et robots, or, il me semble qu’Abraham ou Kalkow ne bénéficie aucunement de pauses. Comment voulez-vous justifier que la règle soit modifiée pour les Trans ?

Ne se rendant pas compte de l’ouverture du piège, Abraham intervint : « il m’est insupportable qu’on me fasse sentir que je suis un « sous robot ». Alphonse tu n’as pas le droit de prendre de haut tous nos collègues… » Philippe souriait en pensant qu’en 1996 Reevs et Nass écrivaient dans « la media équation » que l’homme par anthropomorphisme, attendait de son robot autant que d’une personne… On était servi !

  • Je vous en prie, nous devons respecter l’ordre du jour. Nous en viendrons à ce point en son temps. Dons premier point, le rachat de Technova. Vous le savez, puisque le CE avait été informé lors des négociations, c’est effectif depuis hier. Cette société basée dans la Loire, près de chez nous, est composée de 120 personnes et 50 robots. Nous sommes en train de travailler déjà sur l’harmonisation des environnements sociaux, mais je peux d’ores et déjà vous préciser que des mobilités seront possibles pour les humains comme pour les robots.
  • A la CFDT, nous souhaitons qu’il soit envisagé la création d’un CCE au plus vite.
  • Miss Narquin, pas de panique, on va en discuter
  • L’activité des « blindés » nécessite des qualifications particulières ?
  • Oui Germain, on va aussi repenser notre plan de formation et étudier de près les obligations pour les robots des « confidentiel défense », ce qui n’est pas encore très clair.
  • Vous vous méfiez de nous ?
  • Je vous en prie Halais, arrêtez ces propos paranoïaques !
  • Je veux juste dire que la fiabilité et la fidélité d’un Trans sont supérieures à celles d’un humain …

En 2016, Laurence Devillers, enseignante chercheuse à la Sorbonne, LIMSI et CNRS, membre du CERNA (Centre Supérieur des Algorithmes), elle qui conseillait d’apprendre à construire des robots dès la petite enfance pour ne pas en avoir peur plus tard, était loi de se douter que deux ans après de tels échanges puissent se tenir…

Et durant des heures, les points à l’ordre du jour furent détaillés avec par moments des piques souvent manipulés par Philippe. Ainsi, il insistait sur le fait que les AT mettaient plus souvent en cause les mainteneurs de première génération, beaucoup plus que les Trans. Alphonse en accusa réception en trouvant cela normal compte tenu du niveau intellectuel nettement plus élevé chez ses congénères. D’où la fureur de Kalkow. Et Philippe d’en rajouter en ouvrant d’avantage les fonds de formation pour les mainteneurs de bases que pour les Trans et même que pour les humains.

On évacua assez vite le sujet des demandes de mutation des Trans, Philippe ne se sentait pas encore prêt. Il n’empêche que Lambic gloussa en mimant une donne de biberon. Il savait donc bien des choses… Pour la cantine, il fût décidé de lancer une consultation auprès d’autres prestataires et d’inclure un jury test composé de Trans et d’humains, les seuls à se sustenter par de la nourriture. Lorsqu’on voulut en revenir aux temps de pause, objet de la première passe d’armes, une clameur envahit le couloir d’accès à la salle du Conseil.

« Les Trans dehors, vous vous prenez pour des humains, vous n’en n’êtes pas ! »

La porte s’ouvrit avec fracas et des dizaines de robots de la première génération, des mainteneurs pour la plupart, prirent possession de la salle et du CE. Un CE d’humains et de Robots séquestré par des machines, une première à Clermont-Ferrand…

(À suivre)

Partager cet article

Repost 0