Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grève à l'usine de Clermont-Ferrand (épisode 10)

On philosophe, donc on approche de la fin...

La nuit fût propice à la réflexion : d'abord, Philippe décida de laisser tomber l'enquête sur la petite fille du Trans. Cette situation était extrêmement injuste pour Carine, mais on n'avait pas encore inventé les pensions alimentaires pour robot. Surtout lorsque les reprogrammations les rendaient amnésiques sur leur conduite et responsabilité.

Ensuite, socialement parlant, il fallait reprendre les choses en main et, tout en s'assurant qu'il n'y aurait pas de répercussions négatives du côté des machines, repenser les relations sociales avec les humains. Ce qu'on n'aurait jamais dû remettre en cause.

Au bureau, après un rapide salut à Brutus, il repris les "pv" des CE des dernières années. Étonnante, cette lente progression de sujets anciennement "humains" vers une récupération "androïde". Les demandes et exigences strictement humaines se trouvaient bien minoritaires à la fin. Dans la tête de Philippe, un véritable discours se mettait en place comme pour conforter un certain scepticisme sur l'évolution du monde.

"je me souviens de ce livre de 2016 de Giorgini intitulé "la fulgurante récréation"ou la "récréation fulgurante" je ne sais plus. Dans le premier chapitre, il raconte l'émoi d'un homme qui, dans un cimetière américain en Normandie, hume le parfum d'un jasmin qui a poussé sur la tombe d'un jeune soldat. Il prend alors conscience qu'il existe un lien entre le corps du soldat enterré, la plante, le parfum et lui. La nature a perpétué la continuité : le corps en se décomposant libère des molécules dont l'azote présent dans son ADN, qui va entrer dans la phase de création du jasmin et dans les effluves olfactives... c'est donc bien une partie du soldat qui entre dans les narines du témoin... L'azote est une composante de l'ADN, dès lors que l'on soit proie ou prédateur, la mort redonne de son ADN pour que vive une plante ou un autre animal, ou un homme. Ces interactions, qu'elles soient positives ou négatives n'ont qu'un seul but, la création permanente. Autre exemple pris par l'auteur, un étang superbe, mais infesté par une plante invasive et qui donc va mourir. Lui, et son écosystème tout entier. Et pourtant dans quelques décennies, le compost qui en suit va donner naissance peut-être à un plaine humide, puis à une forêt... Et l'auteur de trouver ainsi la preuve de l'intérêt à penser que tout est important et transmissible. Que nous ne pouvons pas trouver meilleur sens à la vie que ces "reliances" entre les choses et les êtres. A cet instant j'avais laissé tomber le livre pour repenser à ce philosophe, trop peu connu, Schopenhauer, qui déclare que ce qui fait tourner le monde c'est le "vouloir vivre". Peu importe les dégâts collatéraux, peu importe s'il doit y avoir des exterminations pour que les renaissances se fassent. Et que l'homme n'est qu'un jouet dans ces processus , qu'il n'est libre de rien... sauf peut-être s'il prend du plaisir dans l'observation (la vision de l'art...) Et je me suis dit à ce moment que la vie elle même n'avait aucun sens, du moins pas pour ses composants. Le seul sens est sa propre continuité, et que s'il fallait une preuve ne la non existence de dieu, c'en était une belle. Mais ça n'était pas un scoop" N'avait-il pas dit : "nous sommes tous compagnons d'une colonie pénitentiaire "

Perdu dans ces réflexions plutôt pessimistes, mais il est vrai que Schopenhauer était un sacré briseur de rêve, mais tellement réaliste, il n'entendit pas Brutus annoncer la visiteuse. Une seconde fois, mezzo forte, fût nécessaire :

- Madame Narquin est là, Monsieur Erlain...

- Euh oui ... fais entrer Brutus !

- Vous êtes la première, Miss... J'ai demandé aux délégués "humains" de venir pour une réunion "informelle"

- L'après "déconnexion" ?

- Oui c'est tout à fait ça. Il est grand temps qu'on se préoccupe un peu de nous...

En disant cela il ne remarqua pas une légère teinte rose sur les joues de Myriam. Voulait elle entendre quelque chose de plus "personnel" dans ces propos...

- La CGT ne va certainement pas apprécier, mais je compte sur vous pour m'aider à renforcer le rôle des humains dans la chaîne hiérarchique. Je crois que Sophie à la CGC sera d'accord, Donald aussi, House je n'en sais rien , et de gros doutes sur la position de FO.

- Je m'occupe du "docteur" (c'était le surnom de House et personne ne savait pourquoi) en revanche vous savez que je n'ai pas d'influence sur FO...

Philippe ne prêtait plus attention à ce que disait Myriam, ce qui avait provoqué son émoi lors de la séquestration était en train de se reproduire. Son regard avait pris en ligne de mire la bouche ou plutôt les lèvres de Myriam. Il avait cette furieuse envie de l'embrasser, de mordre dedans comme dans un fruit bien mur... et cette fois il n'y avait pas ce Jeminy Criquet pour lui susurrer à l'oreille des principes juridiques...C'est pourquoi, il ne la laissa pas terminer sa phrase et...elle n'en sembla pas contrariée.

Bien entendu c'est à ce moment que les autres membres du CE s'annoncèrent.

Le CE "fantôme" se déroula sans trop d'incidents. La CGT a un moment déclara qu'elle restait solidaire de la condition des robots mainteneurs.

- la classe ouvrière est sauve, décocha Sophie de la CGC, vous aviez besoin d'adhérents, encore un coup de Martinez ?

- Si on pouvait se passer de ces déclarations clivantes, demanda House, un peu énervé.

- Le monde doit se servir des nouveaux outils pour générer de la diversité, renchérit Donald, les communautés ne doivent plus être homogènes...comme les réunions improbables des cafés d’antan ...Mais cette diversité doit se faire entre humain...

Philippe reprit la parole :

- Là c'est loin d'être gagné. Depuis deux ans des réseaux comme Linkedin ne proposent comme résumé des messages de vos amis que ce qui vous ressemble le plus. Alors parlez de diversité sur les réseaux sociaux c'est de l'illusion assurée

Tout en parlant Philippe regardait les lèvres de Myriam.

Là où les humains n'ont plus la main, il fallait reprendre le pouvoir. Sur ce point, il réussit à obtenir l’unanimité.

- En recrutement, les algorithmes seront limités à la pré-sélection. En formation, nous rétablissons les entretiens professionnels, ils auront la priorité sur les "algos" annuels.En GPEC, les "people revues" seront réalisées en l'absence des robots analystes. Leurs préconisations seront intégrées au dossier, sans plus. En revanche, nous mettrons le paquet sur la QVT et sur la RSE avec une quantification plus poussée. Nous intégrons l'IBET de Waknine, comme indicateur. OK ?

L'ensemble des participants semblait vouloir prolonger la discussion.

- je suis désolé, mais j'ai un examen médical programmé suite à l'incident. Je dois clore la rencontre. Mais on se revoit très vite.

L'ambiance du CE n'avait jamais été aussi bonne. Myriam traînait à ranger ses affaires. Elle n'était pas dupe.

- Tu viens dîner chez moi ?

- Avec plaisir Philippe

Avant de sortir, ils échangèrent un baiser appuyé.

(à suivre...encore deux ou trois fois)

Partager cet article

Repost 0