Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grève à l'usine de Clermont Ferrand (Episode 11)

Grève à l’usine de Clermont-Ferrand (Episode 11)

Philippe regardait le corps nu et tellement désirable de Myriam, endormie près de lui. Rarement il n’avait éprouvé une telle sensation de plénitude. Il remonta délicatement le drap sur elle. Le soleil était déjà haut, et perçait derrière les vieux volets en bois. L’activité de la rue du Port était intense comme bien des samedi matin.

Néanmoins, il se leva pour s’habiller discrètement. Cela faisait une semaine que Myriam et lui partageait son appartement. Il en était heureux mais ne pouvait s’abstraire des questionnements qui le hantaient en permanence. Que va devenir cette société où l’on ne comprend plus rien à rien, où trouver une forme de satisfaction au travail lorsque l’on admet que les robots font mieux que vous et que vous semblez être en sursis permanent. Les tensions internationales n’avaient guère changé en deux ans, et si les attentats étaient plus faciles à éviter en utilisant le big data, les robots policiers traquaient les robots djihadistes financés par les trafics en tout genre suite à la fusion de l’Irak et de la Syrie en un seul état gouverné par une coalition turco-russe. Aux Etats-Unis, le président Trump avait laissé faire en déclarant « ce ne sont pas nos oignons, du moment qu’ils ne viennent pas chez nous » …

Comme machinalement, Philippe se retrouva bientôt dans son bureau. Il aimait y venir le samedi. Les robots qui ne possédaient pas de week-end, travaillaient sous contrôle du Système, mais les humains et la quasi-totalité des services supports étaient absents. La porte du bureau du DG était ouverte. Il passa une tête et trouva son patron très excité au téléphone.

  • Pardonnez-moi…
  • Non, non restez, je veux vous parler.

Il prit un fauteuil près de la table ronde et attendit la fin de la discussion, en comprenant que c’était le siège de la maison mère de Tokyo qu’il avait en ligne.

  • Voilà, à nous ! J’ai un terrible aveux à vous faire. Depuis des années on vous ment !
  • Pardon ?
  • Je dois vous le dire maintenant, mais vous faisiez partie d’un plan expérimental de notre R&D d’Oshino. Vous le savez nous sommes la première société mondiale de robotique. Fanuc Corporation est à l’origine de cette explosion du marché des robots intelligents, mais aussi des Trans et maintenant d’une nouvelle génération, les « kôtaishi ».(le titre des descendants impériaux). Développés il y a quelques années, ils n’ont pas été mis sur le marché, mais testés chez nous. Un groupe de 6 individus, brillantissimes et totalement « humanisés » dont les performances sont, aujourd’hui, validées. Nous allons passer à la phase deux qui consiste à définir les fonctions qu’ils pourraient occuper à l’avenir.
  • C’est pour cela que vous vous tournez vers le DRH…
  • Non Philippe, c’est parce que vous êtes effectivement un excellent DRH mais aussi parce que vous êtes l’un des 6, vous êtes un Kôtaishi !

Il s’attendait à tout, le redoutait parfois, mais aujourd’hui, le marteau adjugeait Monsieur Philippe Erlaint à la catégorie des …robots !

  • Vous pensez bien Philippe que le jour de la grande déconnexion que vous avez-vous-même décidé, ce n’est pas un malaise que vous avez eu. Vous vous êtes vous-même déconnecté. Ce qui nous a permis de reprogrammer vos neurones pour que ça ne puisse plus se produire, du moins chez vous 6…Vous vous rendez compte, Philippe, vous êtes ce qu’on fait de mieux en matière d’intelligence artificielle, vous avez même droit aux émotions lorsque nous avons compris qu’elles étaient indispensables à la créativité. Vous êtes quasiment immortel, et vous êtes probablement l’avenir de l’humanité…
  • Et mes souvenirs ?
  • Votre amnésie avait été provoquée artificiellement. Il fallait que pendant ces années vous fassiez vos preuves en pensant être un humain. Malgré tout vous vous êtes inventé un oncle parti vivre au Japon, la trace de votre créateur sans doute…
  • J’ai toutes les fonctions d’un humain ?
  • Nous avons mis en sommeil votre capacité à la reproduction, c’est tout. Grace à vous d’ailleurs puisque vous avez été le premier à détecter cette capacité chez les Trans.
  • Et maintenant ?
  • Vous allez conduire ce projet à l’international sous ma direction. C’est ce que me demandait le Président à l’instant.
  • Vous aussi, vous …
  • Non Philippe, je suis un banal humain. Par moment je vous envie.
  • Est-ce que je peux disposer, j’ai besoin d’un peu de solitude pour encaisser et réfléchir…
  • Il n’y a bien que vous qui appeliez la solitude à la rescousse Philippe. Vous voyez que vous êtes plus « sage » que nous.

Philippe quitta le site industriel et s’enfonça dans le parc des volcans, où il abandonna sa voiture pour aller à pied. Son téléphone sonna et voyant que Myriam tentait de l’appeler, il ne répondit pas.

Au sommet du Puy de Pariou, il s’assit dans l’herbe. Au fond ça changeait quoi pour lui ? Il n’avait aucun souvenir du passé, pas de fantasme d’hérédité, et ne croyant pas en Dieu, pas de problème métaphysique. Il avait l’impression d’y gagner au change. L’immortalité bien sûr n’était pas un concept qu’il avait l’habitude de manipuler… mais au moins pas de tête à trancher pour gagner du pouvoir. Et les 5 autres, qui étaient-ils, où étaient-ils ? Curieux cet instinct communautariste de chercher à savoir qui sont ceux qui nous ressemblent…

En redescendant, il téléphona à Myriam et lui demanda de le rejoindre au Jardin Lecoq. L’année dernière, ce jardin de centre-ville avait été transformé en jardin à la réalité augmentée. Un restaurant « immersif » y était installé près du plan d’eau. Dans la voiture autonome qui l’amenait à destination, il prit la décision de ne rien dire à Myriam.

En mettant ses lunettes spéciales, Philippe constata qu’il était placé aujourd’hui en milieu tropical. Des animaux sauvages couraient autour de lui. Les gens étaient habillés en explorateurs. L’apport du logiciel était fabuleux. On s’y croyait. Il repéra rapidement Myriam attablée près du petit lac. Des crocodiles et des hippopotames s’y prélaçaient. Myriam dans sa saharienne et jupe courte était plus sexy que jamais. Au fond, la vie était belle, et elle pouvait durer longtemps !

(à suivre)

prototype de la 3e génération

prototype de la 3e génération

Jardin Lecoq

Jardin Lecoq

le plan d'eau Lecoq en réalité augmentée

le plan d'eau Lecoq en réalité augmentée

appartement de Philippe

appartement de Philippe

Partager cet article

Repost 0