Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grève à l'usine de Clermont Ferrand (Episode 9)

Grève à l’usine de Clermont Ferrand (Episode 9)

La lumière commençait à filtrer sous les paupières entr’ouvertes de Philippe. Cet étrange moment lui rappelait le jour de son réveil à l’hôpital à la suite de son accident de moto. Depuis il n’avait jamais retrouvé la mémoire de sa vie d’avant. Ce qu’il en savait, c’était par le discours des autres et les documents d’archives. Brillant élève, il avait suivi le parcours d’un master 2 spécialisé RH en entreprise internationale à l’IAE Gustave Eiffel. Il ne se souvenait de rien, sauf que sa pratique quotidienne démontrait chaque jour qu’il avait été correctement formé par des Profs compétents. Un jour il faudra qu’il prenne rendez-vous avec Michel Barabel pour savoir s’il se souvient de lui.

Il n’avait jamais été marié, pas d’enfant, et plus de famille si ce n’est un oncle paternel parti faire fortune au japon… Mais où était-il ?

En ouvrant un peu plus les yeux, il reconnut sa propre chambre dans son propre appartement de la rue du Port. Mais il n’était pas seul, Laurent était là, mais aussi son « patron », son big boss à son chevet. Un rêve ou un cauchemar ? C’est d’ailleurs ce dernier qui rompit le silence :

  • Eh bien vous nous avez fichu une de ces trouilles !
  • Que s’est-il passé ?
  • Récupéré par le CHU lorsqu’on vous a retrouvé inanimé, puis comme le pronostic vital n’était pas engagé, on vous a ramené ici. Je vous ai recruté une infirmière et Laurent et moi passons vous voir tous les jours…
  • Tous les jours ?
  • Oui, vous revenez de trois jours d’absence… C’est d’ailleurs pour ça que le CHU ne pouvait pas vous garder. Les émeutes ont fait beaucoup de victimes dans la région. Entre les robots et les « Trans » puis entre les « Trans » et les humains, puis entre les humains eux-mêmes. Ceux qui voulaient s’allier avec les Trans et ceux qui ne voulaient plus entendre parler d’automatisation intelligente. Toutes les entreprises ont choisi de reproduire votre décision, judicieuse, je l’admets, et ont déconnecté tous les robots avant de les reprogrammer et les remettre en service. Mais les robots en PME et chez les particuliers ne possèdent pas de connections avec un Système… ce sont eux qui ont fait des ravages. La fonction publique aussi a été mise à mal. Les universités se sont mise en grève mais comme elles sont indépendantes il n'a pas été possible de déconnecter non plus les robots profs. Même la SNCF a été a deux doigts de provoquer des catastrophes. Il faut dire que leur Département Informatique a fait des prouesses. Mais hier la Garde Nationale, renforcée en 2016, est intervenue. L’armée n’était pas fiable, trop de robots… Aujourd’hui on peut dire que la situation est sous contrôle.
  • Philippe, le médecin dit qu’après une semaine de repos, tu pourras reprendre du service…
  • Merci Laurent, et merci Monsieur, je vais me « retaper » très vite.

Avait-il le choix ? D’ailleurs l’infirmière humanoïde arrivait déjà avec une seringue. Les deux hommes prirent congé.

Le soir venu, l’infirmière en mode veille, il se retrouvait enfin libre de laisser son esprit vagabonder. Les derniers jours avaient été propice à l’action, mais il fallait maintenant réfléchir. Pourquoi ce dérapage ? Bien entendu on retrouvait en accéléré tous les éléments des conflits d’avant-hier. L’anthropomorphisme utilisé par les concepteurs expliquait cette dérive. L’utilisation des reconnaissances cognitives, la mise en place des circuits neuronaux comprenant même les neurones miroirs pour faciliter l’apprentissage autonome, la capacité à initier des actions risquées (depuis l’expérience en 2015 de la voiture autonome qui refuse de s’engager dans un rond-point au prétexte qu’il ne faut pas prendre de risque, alors que l’on sait qu’il faut parfois forcer le passage… et pour finir, l’accès à la morale, à l’éthique, à la philosophie… Toutes ces innovations combinées aux avancées de la neuro biologie, de la génétique artificielle (surtout depuis janvier 2018 où l’on avait réussi à fabriquer artificiellement de l’ADN) avaient rendu les Trans aussi et parfois plus performant que bien des humains. Et pourtant pas de bouton « stop », pas de clic « off » … mais au fond, comme chez les humains. Le principe qui consiste à faire confiance au concepteur n’avait pas pris en compte l’éternel envie de se confronter à « armes égales » entre le concepteur et sa créature. Se sentir reconnu comme « père », comme « dieu » devait suffire à écarter tout danger…

Preuve que non !

Le lundi suivant, Philippe retourna chez Maintenance Truck. Brutus, son assistant, semblait heureux de le revoir :

  • Bonjour Monsieur, et bienvenue chez vous
  • Tiens, on est repassé au vous ? Tu as été reprogrammé ?
  • Comme tout le monde, Monsieur. Qu’allons-nous faire aujourd’hui ?
  • Commence par un rapport de synthèse…
  • Les ateliers tournent à plein régime. Les chefs d’équipe ont été reprogrammé en management, les Trans ont suivi une séance d’injection de soft skills pour améliorer leur comportement vis-à-vis des autres.
  • Et les représentants ?
  • L’andrh (association nationale des robots humanoïdes) a négocié avec le Medef l’arrêt des participations à des organisations de représentations, donc plus de CE, plus de CHSCT, plus de QVT pour les automates et robots de toutes sortes. Nous avons été reprogrammés en ce sens.
  • Et tu le supporte bien ?
  • Je ne comprends pas la question, Monsieur
  • D’accord, dis-moi, peux-tu me convoquer Alioche ?
  • Bien sûr Monsieur

Etonnant, comme la servilité retrouvée de Brutus l’agaçait.

  • Vous m’avez demandé, Monsieur ?
  • Oui, Alioche. Je voulais savoir comment se passait ta mutation ?
  • Quelle mutation, Monsieur, je ne comprends pas ?
  • Tu voulais un rapprochement familial…
  • Monsieur plaisante. Je travaille à la compta et je crois bien faire mon travail
  • Et ta femme et ton enfant ?
  • Vous savez bien Monsieur que nous ne sommes pas programmés pour ça…
  • Je voulais juste tester tes réactions à la suite de la grande déconnection
  • Je peux retourner au travail Monsieur, nous sommes en plein arrêté des comptes
  • Oui, vas-y ! Au revoir Alioche

Inutile de préciser que la première chose que fît Philippe en sortant fût de se rendre au domicile de Carine. Et il se paya le luxe de sonner.

  • Bonjour Monsieur, c’est étonnant de vous voir ici
  • Bonsoir Carine, je passais devant chez vous et je croyais avoir aperçu Alioche, vous savez le Trans qui travaille à la compta.
  • Ne me parlez plus de lui, je vous le demande, il m’a laissé tomber sans même s’expliquer, juste un mail pour dire que tout était terminé. Qu’il ne fallait pas chercher à le revoir… Et que vais-je dire à Lucie ?
  • Qui est Lucie ?
  • Ma fille
  • Et la sienne n’est-ce pas ?

Carine rougit, et se mit à pleurer. Cette fois, il en était certain, les Trans pouvaient procréer. Mais en les reprogrammant on leur en avait enlevé le souvenir.

Rentré chez lui, il provoqua une « conf’call » avec quelques collègues RH de l’association Alésia. De sa fenêtre il ne pouvait pas voir la statue de Vercingétorix chevauchant sur la Place de Jaude, mais il avait parfois pensé à rebaptiser l’association Gergovie…

Les visages d’Aymeric, de Matthieu, de Jérôme et de Michel apparurent à l’écran. Il leur fît part de sa découverte. Ils tombèrent des nues, sauf Aymeric que ses activités liées au militaire avaient placé à de nombreuses reprises en situation d’interrogation sur les « compétences » réelles des robots qu’il utilisait. Ce fût pourtant Jérôme qui prit la parole le premier :

  • Des collègues de Dallas m’avait prévenu que le risque était réel. Mais je n’y croyais pas.
  • Doit-on faire quelque chose ? demanda Matthieu ?
  • Ecoutez, je vais tenter de me rapprocher de Carine et de sa fille. J’aimerai bien faire pratiquer une analyse pour savoir si cet enfant est humain ou Trans, qu’en dites-vous ?
  • Nous voilà engagé sur un chemin plein de dangers compléta Michel, j’ai peur d’une réplique des années 40…ont-ils du sang juif ou pas !

Quelles pouvaient être les certitudes, les actions à mener ? et même s’il était prouvé que la gamine était une Trans, ça changerait quoi ?

En raccrochant Philippe se gratifia d’une conclusion, rien que pour lui : « et moi, puis-je seulement savoir qui je suis ? »

(A suivre...la semaine prochaine )

les émeutes de la Place de Jaude

les émeutes de la Place de Jaude

Regroupement des Trans au stade Michelin

Regroupement des Trans au stade Michelin

Émeutes dans les universités clermontoises

Émeutes dans les universités clermontoises

demain sera un autre jour...

demain sera un autre jour...

Partager cet article

Repost 0