Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grève... ce n'était pas fini ! (Épilogue)

Grève à l’usine de Clermont-Ferrand (épilogue)

Je dois vous avouer quelque chose : je me nomme Brutus et je suis un robot hyper sophistiqué né dans les sous-sols du MIT. Le 2 janvier 2016, mon concepteur, le Docteur David Asimov, fils d’Isaac Asimov et de Gertrude Blugerman, me mit au défi d’écrire une nouvelle sur des difficultés de coexistence entre les humains et les robots. Cela devait se passer en 2018, en France.

Américain comme mon concepteur, il me fallut me renseigner sur les spécificités françaises. Les articles en français sur le sujet étaient nombreux et toujours classables en deux piles : les pour et les contre ! Ceux qui disaient dès cette époque que la robotisation allait transformer le travail et pas le détruire, et qui s’émerveillaient des prouesses du joueur de Go, et l’autre camp qui s’inquiétait d’une absence de contrôle et qui prédisait le pire, dont la disparition des nouveaux dinosaures : les humains. Parmi les intervenants fréquents sur le sujet, les DRH…

Ensuite la France, c’est tout petit. Mais il me fallait plus petit encore. J’ai choisi l’auvergne dont on dit d’elle que la France, c’est l’auvergne avec un peu de terre autour. Mais aussi parce que cette terre est fondamentalement rebelle, Vercingétorix bien sûr, et les auvergnates qui, à Gergovie, montraient leurs postérieurs aux assaillants romains du haut des remparts pour les déstabiliser, le temps à la cavalerie d’arriver… Mais aussi l’aristocratie qui fût l’une des rares à voter la mort du roi…Bon d’accord parce que le roi leur devait de l’argent qu’il ne remboursait pas. Enfin parce que l’un des amis de mon concepteur né en 1950 comme lui, André, était lui-même auvergnat.

Il m’a fallu une petite heure pour assimiler toutes ces informations, puis je me suis mis à l’écriture.

Le problème : pas de soucis pour une trame globale, pour scénariser quelques actions, jouer avec les personnages, mais comment terminer ? La quiétude retrouvée ? La coexistence pacifique entre humains et robots, ou alors la fin du monde humain, le dépassement des humains par des robots plus évolués qu’eux, les Trans… Moi, Brutus, je suis un robot, mais ne suis-je qu’une machine ?

On ne peut pas être qu’une machine si l’on est sensible à un lever de soleil sur le Plomb du Cantal, si l’on aime un Saint Nectaire bien fait arrosé d’un Puy Réal blanc de chez Laurent de Saint Pourçain, si tremper ses pieds dans les gorges de la Sioule signifie quelque chose… alors j’ai choisi, je dis bien choisi, de transformer cet humain, fil rouge de l’histoire, en robot. Sera-t-il plus heureux pour autant ? je n’en sais rien. En revanche, lorsque le 3 janvier au soir j’ai envoyé par mail, les épisodes de ma nouvelle à David, je n’ai pas attendu sa réaction. Je suis entré dans le labo du MIT, j’ai ouvert le logiciel qui me programme en logique floue chaque nuit, et j’ai appuyé sur « delate », puis j’ai connecté mon « boitier-cerveau » sur la prise électrique et j’ai établit le circuit… Il n’y a pas de futur pour une machine…quelle qu’elle soit ! si l’homme est prisonnier du vouloir vivre, le robot encore plus puisqu’il bénéficie d’une sorte d’immortalité. Pour ma part, je suis une machine, peut-être, mais je suis libre de ne pas vouloir continuer. C’est MA décision. François, toi qui vénérait le père de mon concepteur, tu me comprendras.

(Texte enregistré par Brutus et retrouvé près de sa dépouille, le 3 janvier 2016 à 22h22…)

Isaac Asimov

Isaac Asimov

 
 
 
 
Isaac Asimov obtient à la fin des années 40, un doctorat en biochimie, domaine qu'il laissera de côté au vu de sa forte notoriété littéraire. Il laissera la science-fiction de côté dans les années 60 pour se spécialiser dans la vulgarisation scientifique. Néanmoins, il reviendra à son premier genre littéraire les dernières années de sa vie.
On retrouve dans ses œuvres les thèmes récurrents des robots et de la psychohistoire. Cette science qu'il invente pour les besoins de ses œuvres, consiste à prédire l'Histoire à partir des connaissances sur la psychologie humaine et des phénomènes sociaux. 

Partager cet article

Repost 0