Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"CE MATIN LA..HOO LA LA..."

 

Lorsque Henri Salvador chantait le blues du dentiste, il y avait une chute drôle à souhait sur la méprise du client qui confond dentiste et plombier.

Lorsque Stéphane Fayol chante le blues du DRH, il n'y a aucune méprise, mais bien le constat d'une réalité à peine supportable tellement elle repose sur des lourdeurs et des attitudes d'un autre siècle. 

Une récente rencontre avec des dirigeants nationaux d'organisations syndicales sur un sujet précis qui est celui du "fait religieux", m'ouvre un peu l'esprit. A la question, pourquoi ne pas faire "front commun" avec la DRH sur un sujet sensible, la réponse "off",: parce qu'on est désarmé nous aussi, on ne sait pas le traiter chez nous ! D'accord, mais on peut en parler, ne pas se réfugier dans le déni... Ce que je veux dire, c'est que les postures d'autrefois masquent parfois un sérieux "mal à l'aise" y compris de l'autre côté...

Non les DRH ne craqueront pas. Si ils le font, c'est l'entreprise tout entière qui partira à vau l'eau. Ils en restent les gardiens de l'éthique, des bonnes pratiques... et même si nous, les acteurs cités en début d'article, nous attirons l'attention sur les dérives, sur les risques et effets pervers constatés, nous sommes convaincus que la fonction RH possède en son sein tellement de femmes et d'hommes de qualité et qui sont conscients de l'espoir que les salariés mettent en eux, pour ne pas avoir, au fond, à désespérer de la réussite de leur mission.

Un blues, peut-être, mais chanté par H. Savador et  Ray Charles, ça peut avoir beaucoup ,de gueule. (j'y étais)

Lisez le billet de Stéphane Fayol, il est particulièrement bien vu !

Partager cet article

Repost 0