Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

D'abord, Non , ce n'est pas un plaidoyer pour Hamon. 

Mais, en été dernier, lors de l'écriture de "Gréve à l' usine de Clermont-Ferrand" j'avais imaginé ceci

"En France, le Gouvernement avait mis en place la rémunération forfaitaire à vie. En effet avec 60% de chômeurs, le travail n’était plus une donnée accessible pour tous. A 18 ans tout français percevait 2000€ par mois, jusqu’à sa mort. Le financement était assuré par une taxe de 25% sur le chiffre d’affaires des entreprises dont la plupart n’avait pratiquement plus de charges salariales. Les entreprises étaient gagnantes et l’Etat aussi puisqu’il n’y avait plus ni Assedic ni retraites. Des périodes citoyennes étaient organisées (environ une par trimestre) où les français, s’ils n’étaient pas en poste, devaient réaliser des tâches d’intérêt général. Cette organisation avait permis de réduire de 50% le nombre de fonctionnaires. L’arrivée des robots avait aussi bouleversé le secteur de la santé et celui de l’éducation nationale. Des robots chirurgiens exerçaient avec plus de dextérité que les docteurs en médecine, et les instituteurs androïdes étaient en mesure d’apprendre aux enfants de façon ludique, mais aussi en dehors des heures de classe, de corriger les devoirs, faire le ménage, et exercer de menus travaux…sans rechigner.

Les salariés encore en fonction percevaient un salaire en plus des 2000€ et surtout des avantages en nature (logement de fonction, véhicule, jusqu'aux vêtements qui étaient pris en charge) En revanche point de retraite, il fallait faire avec les 2000 ou se faire un portefeuille immobilier ou d'actions pour ses vieux jours...

Le revenu universel et la taxe de 25% sur les entreprises robotisées... et tout fonctionnait...mais c'était de la science-fiction, pas un programme présidentiel."

IL N'EMPÊCHE QUE LA DISCUSSION SUR LA ROBOTISATION (ET l'IA) ET L'EMPLOI DEMEURE...

Le solde des emplois créés et de l'emploi détruit sera-t-il négatif ou positif ? En sait-on quelque chose aujourd'hui ? Et dans l'hypothèse où la destruction serait massive...que fait-on ? Si la robotisation est universelle, la taxation semble une option possible, non ?

Alors lisez ce point de vue d'un grand gauchiste s'il en est, Bill Gates. Bon, d'accord, il ne connaît rien aux nouvelles technologies, n'a aucun intérêt dans la "modernisation" de l'économie, bref ne sait pas de quoi il parle, n'est-ce-pas ? Et pourtant, la taxation des robots ne lui semble pas iconoclaste pour maintenir un minimum de couverture sociale  Alors, mettons les choses sur la table, sans aucune forme d'idéologie, juste un regard technique et économique... et ce n'est pas parce que l'Allemagne a plus de robots que la France, que ça doit nous interpeller. Cette démarche dépasse l'organisation française. Elle est au pire européenne, au mieux du domaine de l'ONU...mais ça aussi c'est peut-être de la science-fiction.

Partager cet article

Repost 0