Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Vous avez souvent entendu cette phrase : "ce n'est pas en améliorant la bougie qu'on a inventé l'ampoule électrique..." Cette découverte était donc disruptive.

Et pourtant dites moi que vous n'avez pas au fond d'un tiroir, une bougie sans âge qui servira le jour d'une intempérie ou d'un caprice de votre compteur EDF.  Dites moi que vous ne préférez pas une soirée romantique aux chandelles plutôt qu'un repas aux néons...

Vous gardez donc, malgré le progrès, une solution agréable ou simplement de dépannage. Mais cela signifie aussi que les fabricants de bougies existent encore. Les marchés ont changé, les usages ne sont plus les mêmes. Et les produits ont évolué (parfum, couleur, forme...) 

En RH, et en particulier en Formation, l'injonction à la disruption est permanente. 

- D'une part, parce que les paradigmes ont bougé depuis la loi de 2014... On voudrait bien voir les salariés s'approprier leur devenir professionnel et donc leur formation. "Ave cpf, ceux qui vont se former te salue..."

- Ensuite, parce que la neuropsychologie et en particulier les découvertes des process mémoriels autorisent des méthodes pédagogiques et surtout des séquençages qui optimisent l'inscription et le rappel du souvenir.

- Enfin parce que les outils numériques, l'exploitation de la réalité virtuelle, augmentée, le mobile learning, les serious games, les Mooc, et autres nouveaux espaces, donnent les moyens de s'aventurer sur des chemins dont on ne soupçonne que les premiers mètres. 

Un nouveau changement se profile, une disruption financière : il me semble que nous pourrions connaître dans les années (mois) qui viennent deux financements possibles . L'un pour les demandeurs d'emplois et les salariés en mobilité volontaire (financement, à la louche, avec les moyens d'aujourd'hui, plus la déduction de l'impôt sur le revenu si le stagiaire finance lui même) , l'autre pour les salariés dont l'entreprise a besoin et souhaite garder (financement par l'entreprise, mais dotation aux investissements amortissables et fiscalement déductibles.

Ce qui, entre nous, demandera aux RH et RF de réelles compétences économiques pour quantifier enfin non le "coût" d'une formation , mais sa réelle valeur ajoutée pour l'entreprise et le salarié

ET malgré tout, allez vous jetez aux orties les formations présentielles, le recours aux formations sur le tas, au pair to pair, en évitant les modes de financement un peu alternatifs comme la mutualisation entre entreprise d'une même zone, ou l'appel à la formation conjointe client/fournisseur... Bien sûr que non.

Alors soyons convaincu qu'il est nécessaire de faire évoluer les choses, mais qu'il est tout aussi nécessaire d'éviter le tout ou rien. Sachons conserver, parfois pour des usages différents, ce qui a fait ses preuves et prendre des initiatives innovantes. D'ailleurs pour nourrir notre réflexion sur le sujet, jetons un regard sur cette documentation animée du LabRH. Plus de 300 start-up innovantes en RH dont 130 en Formation. Notre disruption de demain s'y trouve peut-être...

Partager cet article

Repost 1