Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Depuis quelques jours, des milliers de personnes lisent le billet "coup de gueule" écrit sur ce blog : lien plus bas.

Alors,vous avez compris où je répète ?

 

1) Je ne suis absolument pas contre la liberté de création. Les réalisateurs et scénaristes peuvent faire le film qu'ils veulent, avec - ou pas - des libertés avec la réalité, des focus militants, des parti-pris et même de l'absence d'objectivité, j'accepte. Après tout, je suis libre - ou pas - d'aller voir le film ...

2) Je ne conteste pas que certaines entreprises utilisent et préconisent des modes de management toxiques. Que ces pratiques sont dangereuses pour la santé physique et mentale des salariés. Que ces entreprises doivent être dénoncées et condamnées. Et je ne conteste pas non plus que quelques personnes se disant DRH participent à ces actes répréhensibles, et ne respectent aucune des valeurs qui fondent notre métier.

3) Je ne conteste pas non plus que la fonction RH n'est pas toujours comprise de façon positive par les salariés : manque de présence, d'écoute, de proximité, de dialogue.. et qu'elle aurait besoin parfois de se reprendre en main. Et que par voie de conséquence, le public de ces films peut avoir dans certains cas, l'occasion de se reconnaître dans une constatation d'absence de relation...

Alors quoi ?

- D'abord, pour quelques cas "toxiques", une grande majorité de membres de la fonction RH qui fait son travail correctement, et dont on ne parle jamais.

- Une recrudescence des manifestations de RH bashing à travers des chansons, des romans ou essais, des films qui présentent toujours les DRH comme des demeurés ou des salauds.

- Une dérive que l'on peut apparenter à du populisme... "vous avez peur d'être licenciés, vous vous sentez exploités, regardez de quoi ils sont capables..."

- Et en dehors des oeuvres proprement dites, une exploitation médiatique qui justement ne repositionne jamais le discours dans sa réalité objective.

C'est pourquoi, la colère passée, je résume mes propositions :

- Manifestation publique et médiatique (pédagogique) de prises de position communes des principales associations de la profession (Andrh, Agrh,..). Rappel des missions de la fonction et des valeurs associées.

- Mise en chantier d'un projet de charte de déontologie et d'une clause de conscience (à insérer dans le contrat de travail des DRH ou membres de la fonction) Ce projet devant être élaboré avec les représentants des employeurs (Medef, CGPME...) car il doit s'inscrire dans une position affirmée commune sur le rôle de la fonction dans l'entreprise.

- Rappel du rôle de la fonction RH comme garante des bonnes pratiques managériales

- et participation renforcée des associations professionnelles sur ces sujets (pratiques et valeurs) auprès des formations initiales RH (Ecoles et universités).

Je ne suis pas (étant né à Vichy) très favorable à l'idée d'un "ordre" des DRH... mais il doit être possible de redonner de nous une image positive pour contre balancer celle que nous ne maîtrisons pas.

Pour revenir au film, nul doute qu'il sera vu. Mais la profession se doit, elle même, de rétablir la vérité et, peut-être, de se servir de cette occasion et des débats qui vont s'en suivre, pour se faire connaître pour ce qu'elle fait de positif, et ça, ça passe par les témoignages et discours de chacun d'entre nous.

Partager cet article

Repost 1