Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Type même de la mauvaise question... L'entreprise est dans la société et à ce titre interagit avec son environnement qu'elle le veuille ou non. En revanche, le fait-elle pour se dédouaner des dommages qu'elle peut causer (pollution, chomage...)  pour jouer la coexistence pacifique ou pour améliorer sa propre performance ?

En novembre 2014, le Conseil Economique, Social et Environnemental mettait en oeuvre une "Plateforme RSE". Après deux années de concertation entre réseaux d'entreprises, partenaires sociaux, ONG, chercheurs et institutions publiques, les conclusions ont été remises au gouvernement.

Michel Yahiel Commissaire Général de France Stratégie et Hélène Valade, Présidente de la Plateforme RSE France Stratégie proposaient un colloque le 6 avril dernier au CESE pour faire le point sur les engagements de la France.

 

Patrick Bernarsconi

Patrick Bernarsconi

L'introduction par Patrick Bernarsconi, le Président du CESE rappelle que le sujet est particulièrement adapté à cette chambre, qu'il en est presque sa raison d'être. Et que le travail réalisé par la Plateforme RSE est d'une importance capitale pour le pays mais aussi pour chacune des entreprises françaises. D'ailleurs, 80% des organisations et des entreprises qui participent à la Plateforme sont membres du CESE.

 

Hélène Valade et Sylvain Boucherand

Hélène Valade et Sylvain Boucherand

Une première table ronde réunit Gilles Bon-Maury secrétaire permanent de la Plateforme, Sylvain Boucherand, vive préseinet de la Plateforme (Humanité et Biodiversité), Pierre-Yves Chanu, vice Président de la Plateforme et CGT, Brigitte Dumont rapporteure de l'avis du CESE sur Entreprise et Droits de l'homme, et membre de l'Andrh, Sabine Garnier, rapporteure du groupe de travail "relations responsables, d'Amnesty International France, Françoise Quairel-Lanoizelée, chercheure, Université Paris Dauphine et Hélène Valade précitée.

Il en ressort pour faire très court que l'entreprise n'est pas seulement engagée sur les marchés financiers, mais qu'elle est inscrite dans la société qui lui apporte les matières, le capital humain, l'environnement, les services et qu'elle lui en est redevable. 

Les sujets évoqués n'ont pas tous fait l'objet d'un consensus entre les parties prenantes. Si les obligations des uns et des autres sont globalement identifiées, en revanche les points d'achoppements portent sur les notions de "contraintes". Faut-il passer par la force ou sensibiliser et éduquer ? Les susceptibilités sont nombreuses mais vu de l'extérieur, les postures permettent quand même d'avancer. Il ne reste pas moins vrai que des efforts restent encore à faire et parfois en urgence. Savez vous que dans une fourchette de 25 à 50 ans, il n'y aura plus de cuivre sur terre... 

En matière de reporting extra financier, la demande est explicitement formulée de voir le "capital humain" et donc le "formation" entrer, moyennant les transformations comptables nécessaires, dans le registre des investissements amortissables. Ceux qui me connaissent apprécieront...

Le statut des lanceurs d'alerte, le travail des enfants, les règles des appels d'offres, autant de points développés durant cette table ronde.

 

Pedro Ortun Silvan

Pedro Ortun Silvan

L'intervention de Pedro Ortun Silvan, conseiller spécial pour la RSE à la Commission Européenne, nous permet de comprendre que la France, ses engagements et ses réalisations, est classée dans le peloton de tête en Europe sur ce sujet. Dans un francais impeccable, avec beaucoup d'humour, il résume en quelques minutes les enjeux essentiels pour la planète mais aussi pour nos entreprises. C'est une question de performance des entreprises européennes, les grandes, mais aussi ce fabuleux réseaux de PME. Mais il en est des pays comme des entreprises, mis à part les anglais, les allemands et les français, bon nombre d'autres pays refusent l'aspect coercitif de l'application de la RSE.

La directive européenne RSE qui doit être transcrite par les législations des états prendra du temps... La France est prête.

 

Partager cet article

Repost 0