Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce n'est pas le genre de la maison, mais pour une fois, je ne vais pas vous parler RH...quoique !

Ce midi deux nouveaux amis de la Ratp m'ont invité dans un restaurant près de l'Hôtel de Ville, tenu par un homme peu banal, que dis-je, un homme "libre", une "grande gueule" qui se fiche de l'impact "politique" de ses propos à partir du moment où il défend ses valeurs. Ce "chef" Xavier Denamur est un "self made man" accomplis. Avec un premier ouvrage chez Calmann-Levy intitulé "Et si on se mettait enfin à table", il parle de son enfance, de sa révolte contre les arnaques gastronomiques et sa quette permanente de la qualité-même si ça doit lui coûter plus cher-sans faire payer beaucoup plus le client- il se pose en citoyen militant il n'hésite pas à lutter contre l'ordre établi pour mieux vivre et partager...

Lorsque je disais que la RH n'était pas loin, le choix de la "diversité" est constant, le choix du management par la confiance aussi.  Propriétaire de 5 bistrots à Paris, il interpelle les "politiques" en démontrant que la société civile a bien souvent réponse aux questions, mais que le "système" est autiste et ne veut pas l'entendre... et ce n'est pas les candidats à la présidentielle qui vont l'impressionner.

Le problème avec lui, c'est qu'on passerait des heures à l'écouter, et qu'en plus si il lui semble que vous avez de l'intérêt pour ce qu'il dit, il est prêt à vous consacrer du temps...et que par ailleurs on est venu pour manger et que l'on doit travailler ensuite. Alors je ne me transformerai pas en critique gastronomique...mais je me suis régalé. Il dit qu'on le traite (quartier oblige) de bobo...alors qu'il est biobio... Tout est bio... y compris la "poire" à 58° qu'il vous offre avant de partir.

Si je vous parle de lui aujourd'hui, outre la découverte de l'homme, c'est qu'il vient d'écrire un nouvel ouvrage :  Denamur, sur le grill ! Entretiens de Xavier Denamur et Joëlle Cuvilliez

Voici ce qu'en dit l'éditeur :

C’est le principe même de la collection : permettre une rencontre. La forme de l’entretien en garantit l’authenticité. Joëlle Cuvilliez cuisine son interlocuteur. Il ne s’agit pas de servir la soupe, de donner à lire une biographie lissée. Le livre est un grand angle sur Denamur: on aborde le personnage dans ses différentes dimensions, la cuisine, la culture, le politique : non pas trois univers étanches mais trois axes qui aimantent la vie d’un fonceur. Enfin, l’ouvrage est un « sur le vif ». Denamur a les pieds sur terre et la main à la pâte. Il parle de l’actualité. Il vient de laisser tomber une candidature aux législatives. Il évoque les présidentielles, mais aussi les combats sur la loi travail, l’environnement etc. Le portrait sans fard d’un drôle de type. Xavier Denamur Émancipé à 16 ans, il quitte le foyer familial en Seine-et-Marne pour devenir serveur à Paris. Il poursuit en parallèle ses études de géographie. Trente ans plus tard il possède quatre restaurants et une librairie dans le Marais. Dans le film « La République de la malbouffe », il prône la hausse de la TVA dans la restauration et s’emporte contre les syndicats patronaux. Il a créé le label RestoEcoResponsable qui préconise entre autres la transparence sur la provenance des produits servis en restauration.

Vous êtes cordialement invité à la présentation/signature jeudi 20 avril de 19h à 1h30 du matin à l’Étoile manquante (34 rue Vieille du Temple Paris 4e ). RSVP sur www.xavierdenamur.fr

Ce n'est peut être pas encore trop tard...

Une fois n'est pas coutume, et si on parlait "bonne bouffe" !

Partager cet article

Repost 1