Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Droit à la déconnexion … pour qui , comment ?

Une soirée fort utile au sein du groupe Alésia-Nation de l’Andrh. Après une présentation générale par les étudiants de Licence Pro RH de l’UPEC (Michel Barabel), et les résultats d’un sondage auprès de la fonction RH, c’est François Silva (Kedge Buisiness School et Cnam), qui nous présente ses réflexions sur le sujet.

Face aux possibilités qu’offrent ces technologies numériques mais aussi par rapport à la vision archaïque que l’on a en France du travail et en particulier celui des cadres, rien ne sera possible sans une véritable « révolution » culturelle dans la relation à l’autre. Une rupture :

  • L’équilibre des temps de vie est en train de devenir un enjeu majeur :
    • La régulation de nos temps de travail et de vie personnelle passe par la redéfinition de la notion de présence.
    • Le concept du présentéisme est totalement dépassé à l’ère du numérique. La notion de présence physique doit être remplacée par celle d’attention
      • apprendre à respecter l’autre
    • Etre présent physiquement ne signifie pas accorder son attention :
      • Interdire les réunions après 18 heures reste inutile si le management persiste à déconsidérer un cadre qui prend son après-midi pour assister au spectacle de son enfant.
      • Lors de face-à-face, certains managers consultent leurs mails en même temps…
      • En réunion ou en convention, les cadres tranquillement assis peuvent écouter consciencieusement leur directeur… et organiser leurs prochaines sorties sur leurs smartphones.

Les entreprises qui mettront en place une régulation de cet équilibre fidéliseront leurs collaborateurs et attireront les meilleurs profils

Mais la gestion du présentéisme est abordée différemment dans le monde :

  • La Norvège a un taux de productivité parmi les plus élevés au monde pour l’une des durées de temps de travail effectif les plus faibles.
  • En Scandinavie, rester au bureau tard est mal vu.
  • Dans les pays anglo-saxons, le surprésentéisme est une preuve d’inorganisation et d’inefficacité, voire d’un manque d’équilibre personnel. Passer trop de temps au travail, quel que soit son niveau de responsabilité, vaut d’être accusé de négliger sa vie personnelle.

Qu’est-ce que la déconnexion ?

  • Couper le cordon informatique le temps de l’inutilité
  • Par exemple, les salariés d’une grande entreprise ne sont pas tenus de répondre aux mails en dehors des horaires de bureau ;
  • une autre grande entreprise a mis en place un Mooc pour former les managers aux risques de la connexion permanente ainsi que des journées sans mails.

Intégrer le droit à la déconnexion dans le code du travail c’est donc permettre aux entreprises de se saisir du sujet et de s’adapter aux nouveaux modes de travail.

C’est prioritairement par la négociation collective que l’entreprise définira le droit à la déconnexion afin d’établir des règles de bonne conduite correspondant aux besoins des salariés, au plus près du terrain.

S’adapter à cette réalité et créer les protections nécessaires à la santé des salariés à droit à la déconnexion inscrit dans la loi

Et cette loi, c’est Jean Paul Richon, ex Directeur Associé Fidal et avocat spécialisé « social » qui la présente avec son brio habituel. Progressivement on comprend que le législateur, par touches successives puis par l’introduction du concept dans toutes les nouvelles lois, prépare simplement la nécessité de la garantie de la QVT proportionnellement à l’importance prise de plus en plus par le numérique. Mais c’est aussi peut-être la remise en cause possible du lien de subordination qu’il faut voir venir …

Enfin, Fréderic Laurent, de e-consulting RH, collègue de François Geuze, bien connu des adhérents d’Alésia par sa participation active aux « procès » (c’est lui le proc…) nous présente un cas concret de sensibilisation/formation à la déconnexion pour le compte du Crédit Agricole de la Brie-Picardie.

Déconnecté, vous avez dit déconnecté ? Mais comment déconnecter un geek, comment ne pas ajouter au stress en interdisant d’ouvrir ses mails lorsque l’on sait qu’on en a reçu ? Peut-on interdire aux clients de nous en envoyer ? Et s’il attend une réponse rapide ? Et si le geek sort du professionnel pour s’enfermer sur Facebook ou sur un autre site mi perso/mi pro ? Comment prendre en compte la propre écologie de chacun ? Et la déconnexion et le télétravail ?

Autant de questions que les adhérents d’Alésia ont pu aborder avec les trois intervenants.

François Silva ... Jean Paul Richon...
François Silva ... Jean Paul Richon...

François Silva ... Jean Paul Richon...

Fred Laurent

Fred Laurent

Partager cet article

Repost 0