Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Passons aux actes....

Quelques échanges sur les réseaux sociaux ce matin, des phrases qui disparaissent quelques minutes après... le moins que l'on puisse dire c'est que la profession se cherche encore une fois. Bien entendu que je trouve inacceptable ces violences, mais ce n'est qu'une pierre (un pavé) de plus dans les opérations de RH bashing... alors si on en profitait pour faire la preuve que nous ne sommes pas comme ça. Nous sommes clairement pour la performance de l'entreprise, mais nous sommes aussi pour le dialogue social et nous sommes convaincus que le dialogue social est la condition de la performance. Si vous n'étiez pas au Pré-Catelan mais à Suresnes vous auriez vu ce DRH de Naval Group intervenir avec son délégué syndical pour vanter, avec les mêmes mots,  les succès d'une relation basée sur la transparence et la confiance.Lorsque mon interlocuteur de ce matin me disait qu'il fallait prôner la déontologie aux casseurs pas aux DRH, c'est méconnaître la théorie des comportements. Pour faire changer le comportement de l'autre, il faut commencer par changer le sien. Alors que ce qu'on nous reproche soit vrai ou faux, on s'en fou ! L'important est que c'est comme ça qu'on nous voit, qu'on nous juge. Alors changeons notre image...ça ne dépend que de nous.Nous n'en sommes plus aux éléments de language

Maintenant voici ce qu'en pense François Geuze, l'un des promoteur de la charte de déontologie.

"Ça y est, on y est... ce que nous craignions à demi-mot depuis 3 ans est arrivé ...

Ce matin s'est tenu la première (à ma connaissance) « Chasse aux DRH ». Au moment ou j'écris ces quelques lignes 3 voitures brûlées, 41 interpellations et une victime grièvement blessée à déplorer « le dialogue social ».

En effet, de l'histoire un peu potache de l'organisation d'une chasse aux DRH nous retiendrons l'expression de radicalités et de mondes qui ne savent plus se parler. Histoire de renvoyer dos-à-dos les protagonistes j'aurais envie de dire que les cris de victoire de certains face à la publication des ordonnances sont et étaient aussi mal venus que les appels à casser du DRH de la part des autres. D'autant que l'histoire n'est pas encore écrite et que l'impact des ordonnances reste pour le moment particulièrement dans le flou et que tout cela risque pour ces DRH ayant crié un peu vite victoire de ressembler à une victoire à la Pyrrhus. 

Ce triste événement est le symbole de la cristallisation de tout un ensemble de mécontentements, de rancœurs et d'incompréhensions. Cela fait des mois, que dis-je, des années que les observateurs de la fonction RH voient monter le RH Bashing, victime facile et expiatoire. N'oublions pas toutefois que s’il est vrai que nos « chasseurs » ressemblent particulièrement aux beaufs à la Cabu qui ont besoin d'une pétoire pour exploser les moineaux mais se couchent en réalité devant les puissants en se trompant de cible, ces personnes sont autant représentatives des partenaires sociaux que les DRH du CAC40 le sont de la fonction Ressources Humaines.

Mais qu'est-ce que le RH-Bashing ? C'est une cible, cette belle cible, que certains consultants, managers, dirigeants ont consciencieusement dessinée dans notre dos à longueur d'articles, de films et autres communications. C'est une cible contre laquelle nos associations professionnelles ne se sont jamais véritablement élevé, pire quand vous vous en inquiétiez l'on vous disait mais non arrête de parler ce cela. Justement ... dans « Un DRH ne devrait pas dire cela » j'indiquais qu'il n'y avait pas loin du compromis à la compromission.

La frontière a été franchie. Certaines prises de parole ont été, à tort ou à raison, considérées comme des compromissions. A un point tel qu'un communiqué a même été diffusé pour indiquer qu'il n'y avait pas de pétition de soutien aux ordonnances à l'initiative de l'ANDRH.

Nous allons en payer l'addition. Les radicalités s'expriment et s'exprimeront plus fort dans les mois et les années à venir entretenu en cela par des affrontements relevant plus de la politique nationale que des problèmes du dialogue social.

Bien sûr, pour le moment il ne s'agit que d'un petit nombre de personnes, mais le fait même qu'une réunion de ce type ai pu se monter est inquiétant en soi. Les représentants de notre profession vont-ils longtemps continuer de faire l'autruche ou vont-ils véritablement travailler à la valorisation et revalorisation de notre métier, démonter les mensonges, les approximations ? Quand seront publiés les grands principes déontologiques de la fonction ?

Et que l'on ne vienne plus me dire, nous dire, que nous exagérons, que ce n'est pas grave... C'est notre capacité à maintenir un dialogue social franc et constructif qui se joue... Le dormeur doit se réveiller ..."

 

Le billet ci après est également à lire. Je crois qu'il reflète le sentiment des DRH de terrain, ceux qui en ont marre de se voir doter d'une image qui ne leur ressemble pas.

 

Partager cet article

Repost 1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :