Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Agacement du matin...  chagrin ! (proverbe du bantoustan) 

Bien entendu les organisations (de toute sortes)  sont fortes pour analyser le passé, pour établir des statistiques sur le "sentiment" des uns et des autres, mais pour travailler réellement sur les hypothèses, là, il n'y a plus personne.

Quelques exemples ? 

- Le numérique : nous sommes submergés de propositions toutes plus intéressantes les unes que les autres, par des start-up souvent bourrées de certitudes, qui imaginent qu'elles ont tout compris du métier de RH. Attention, c'est effectivement le cas de certaines d'entre elles, mais...que dire des "clients" potentiels ? Ils suivent et ne sont pas en situation de définir un cahier des charges basé sur l'évolution de leur fonction. Ils ne se placent pas dans une position d'anticipation... et risquent fort de voir se reproduire les mêmes errements qu'il y a quelques années et donner le pouvoir aux news ERP digitaux ! Et ce sera à eux de rentrer dans le moule... (selon l'humoriste, entrez dans le moule et vous aurez l'air d'une tarte !)  

Mais c'est aussi attendre que les lois et règlements encadrent la gestion des datas, alors que ce serait aux RH de définir un processus déontologique..(qu'une avancée soit réalisée par le Lab'RH et la CGC sans la présence des DRH est un signe, non ?). mais ce mot déontologie, semble défriser quelques acteurs de la profession. 

 

- la RSE et la QVT  : je lie les deux par facilité mais on pourrait épiloguer sur l'abandon de la première par les RH et le refuge dans des opérations psycho-nébuleuses pour la seconde. En revanche, prendre le sujet à bras le corps et en profiter pour marier les pistes quantitatives (évaluation extra comptable, utilisation de statistiques réelles et sérieuses, co développement avec des partenaires comme les mutuelles et les organisations de santé, mais aussi avec les gens du chiffre comme les experts comptables et les directions financières..) Là non plus il n'y a (presque) plus personne. 

 

- Les nouvelles relations sociales : au lieu de reproduire à l'infini les réflexes de rapport de force, imaginer qu'on puisse réaliser du véritable co-développement avec les OS, grâce à une transparence réelle et une confiance a priori est encore bien loin de la conscience du praticien de terrain , mais même de son N+++.  Et pourtant les fenêtres d'opportunités existent... qu'attendons nous ?

 

- Le changement (ou la révolution) du travail : Bien entendu que le travail explose... l'utilisation conjointe de statuts différents au sein d'une même entreprise va complexifier les modes de management...sauf que le point d'unité est peut être que le salarié ou l'indépendant aspire à une reconnaissance accrue, à une autonomie certaine et que le lien de subordination vit peut-être ses derniers instants... mais tout le monde a-t-il vocation à être entrepreneur ? La responsabilité entrepreneuriale est-elle en train de disparaître ?  La perte des unités de temps, de lieu, d'action est-elle porte ouverte à une nouvelle forme de tragédie ?  On travaille sur ces sujets ou on attend que ça vous pète à la figure ?  

 

- La formation, un investissement... :  on sait qu'une grande partie des opérations de formation ne sera  plus prise en charge par des financements extérieurs...que l'entreprise va devoir financer sur ses propres deniers l'évolution des compétences de ses salariés. Et les RH sont en position d'attente... Nous devrions monter au créneau non sur des motivations politiques (auxquelles d'ailleurs on peut adhérer comme la priorité à l'insertion et aux demandeurs d'emploi) mais sur du support structurant : la reconnaissance de la formation comptablement comme un investissement comme un autre nourrissant les actifs incorporels, voire un accord fiscal... Mais aussi engager une véritable réflexion méthodologique sur la recherche de l'évaluation pouvant amener un ROI... Aujourd'hui on nous dit..."ouh, c'est compliqué !" et alors, que ce soit compliqué n'a jamais rendu une action impossible ...

...et tellement d'autres sujets encore. Vous comprendrez que passer ses nerfs sur une page de blog est une exercice facile, certainement bon pour le cœur et la tension. Mais savoir que d'autres partagent ces points de vue (du côté de Reconquête RH au moins, j'en suis convaincu) est une autre source de satisfaction jusqu'au jour où l'on se dit : on se retrousse les manches et on aborde le sujet de front...jusqu'au bout. 

RH qui se réveillent... merveille ! (proverbe Inuit)

  

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :