Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le tribunal des Flagrants Délires RH a, une fois de plus, condamné lourdement le prévenu hier soir. L'accusé était un multi-récidiviste, il est vrai : le sexisme en entreprise.

 

Présidée par André Perret, la Cour était composée de Anne -Françoise Nay-Laplasse, magistrate, Michèle Come, avocate de la Défense, et Loïc le Morlec, Procureur.

Les auditions furent nombreuses et de qualité. Les auxiliaires de justice (les étudiants de Licence Pro RH de Melun-Sénart) puis la commissaire de police d'un soir, Valérie Riquel, éblouissante de vérité et... de drôlerie. 

Le sexisme ne reçoit aucune circonstance atténuante lors du procès du 20 juin à Paris...

Puis se succédèrent, Frédérique Pigeyre, directrice de la chaire "Genre, mixité et égalité F/H" au Cnam, Olga Trostiansky, membre du CESE, Françoise Guerin, DGRH, Noémie Lemenn, coach et auteure, Isabelle Germain, journaliste, et Raphaelle Bertholon, Déléguée Nationale à l'économie à la CFE-CGC. et pour conclure un homme, Yann Sellier...mais sage-femme qui pu faire la preuve qu'il est possible de réussir si on s'accroche dans une profession a priori "genrée".

(et j'en profite pour remercier encore ces personnalités pour leur disponibilité, leur sérieux et leur humour, ce qui n'est absolument pas paradoxal...)(ndlr) 

Ces auditions, d'expertes, de témoins et de parties civiles firent passer des messages sérieux tout en déclenchant des rires parfois dignes d'un stand-up.

Le réquisitoire et la plaidoirie qui suivirent (et pour Michèle Come, défendre son client le sexisme ne fût pas un exercice qui allait de soi...mais que ne peut-on faire avec l'humour et la dérision...) préparèrent un verdict à double détente : 

- les hommes votèrent à l'unanimité la culpabilité et s'engagèrent eux même à lutter contre toute trace de sexisme

- les femmes purent déclarer qu'il restait bien du travail et qu'elles même devaient ... s'en occuper.

Une façon de terminer sur une note consensuelle et conviviale confirmée lors du cocktail de clôture.

 

Le sexisme ne reçoit aucune circonstance atténuante lors du procès du 20 juin à Paris...

Lors d'une courte intervention de début, Pascal Bernard, Directeur de l'Innovation Sociale du département courrier/colis de la Poste mais aussi Président de l'ANDRH Île de France, assurait le Tribunal de son parrainage et de son soutien. Il est vrai que cette association est présente depuis le début à nos côtés, et même lors du dépaysement du tribunal comme le 19 juin dernier à Lille (Human Day) où Pascal Bernard lui même était appelé à la barre et assumait, lors de la mise en accusation du DRH... qui se termina à la suite d'une plaidoirie exemplaire par un acquittement pur et simple. 

En septembre, le MagRh sera consacré au sexisme, et il vous est encore possible de vous abonner (gratuitement) sur www.reconquete-rh.org

Quant au prochain Tribunal, mon petit doigt me dit qu'il est fort possible que les prévenus soient les réseaux sociaux. Certainement un grand moment encore...

Le sexisme ne reçoit aucune circonstance atténuante lors du procès du 20 juin à Paris...
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :