Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Vous avez lu la plaidoirie de Maître Bouvard, voici à quoi il devait répondre de la part du Procureur..."bonjour ma colère, salut ma hargne et mon, courroux....coucou !!!"

Mesdames et Messieurs les Jurés, 

Françaises, Français, Gilets Jaunes, Gillette jetable,

Public chéri, mon amour ...

J'essaie de ne pas vivre en contradiction avec les idées que je ne défends pas. Je n'y dérogerais donc pas plus aujourd'hui, qu'hier. Madame Line QUEDINE est coupable de tous les chefs d'accusation et voilà pourquoi...  

POUF POUF ...

Nous vivons dans un monde sans âme, ou l'individualisme à pris le pas sur le collectif. Il n'est en cela que le reflet de notre temps et de revendications malhabiles à partager. Ce qui explique que je manifeste toujours tout seul. Au reste mes idées sont trop originales pour susciter l'adhésion des masses bêlantes ataviquement acquises aux promiscuités transpirantes et braillardes inhérentes à la vulgarité du régime démocratique imposé chez nous depuis deux siècles par la canaille régicide. Mais enfin, réfléchissez un peu ... 

Les processus globaux deviennent trop compliqués pour qu'une seule personne les comprenne. Mais alors comment connaitre la vérité sur le monde et éviter la propagande et la désinformation ?

Nous en savons moins que nous le pensons. La pensée libérale s'est construite sur la confiance en un individu rationnel, la démocratie se fonde sur le fait que l'électeur sait à quoi s'en tenir, le capitalisme de marché croie que le client à toujours raison et l'enseignement que les étudiants pensent par eux même. On a tord de placer une telle confiance dans l'individu rationnel car ce ne sont que chimères. L'on sait bien que nombre de décisions sont fondées sur des choix non rationnels et des raccourcis heuristiques plutôt que sur l'analyse rationnelle. De même que la rationalité, l'individualité aussi est un mythe, les individus pensent rarement par eux même, nous pensons plutôt en groupe. Aucun individu n'a toutes les connaissances nécessaires pour faire face aux projets que nous lançons aujourd'hui. L'une des forces que nous avons développé au cours des siècles c'est d'être capable de penser en vaste groupe. Pris séparément nous ne savons que peu de chose du monde qui nous entoure, ni même de l'entreprise. La complexification de notre environnement et la spécialisation des connaissances fait même que nous en savons de moins en moins. Nous avons en permanence besoin du savoir-faire des autres. Et nous faisons semblant de savoir en nous appropriant de manière très parcellaire le savoir des autres, les symptômes plus que les causes, les résultats plus que les concepts sous-jacents. Pourquoi pas somme toute... saurions nous, pourrions-nous accumuler toutes ces connaissances et ces savoirs ? Bien sur que non, c'est peut-être la que prend sa source notre peur de l'IA et la méfiance que nous pouvons développer à l'encontre des réseaux sociaux, gigantesque zone de partage du savoir.

L'illusion de la connaissance à son revers, le monde est bien plus complexe et la profusion d'une information sélectionnée par des algorithmes ou par un réseau de personnes, car un réseau social c'est avant tout un réseau humain fait que nous ne mesurons pas combien nous sommes ignorants de ce qui nous entoure. En conséquence nous assistons actuellement à l'éclosion de nombre d'experts auto-proclamés, qui se fondant sur des bribes de connaissance de surface vous assène leurs vérités sur le bonheur au travail, les relations sociales, le management, les ressources humaines, la gestion des organisations, etc... en mode copier/coller.

Les réseaux sociaux nous enferment dans une chambre d'écho d'amis qui partagent nos opinions, au sein de laquelle nos croyances sont constamment renforcées et rarement remises en question. Il est peu probable que fournis des informations plus nombreuses et plus fiables permette d'arranger les choses. Chiffres incontestables, rapports d'experts ne présentent malheureusement que peu d'utilité car la plupart de nos opinions sont façonnées par la pensée collective plus que par la rationalité individuelle et notre attachement à ces opinions tient à la loyauté envers le groupe. Nous avons véritablement un esprit de meute. Les phénomènes de Haters, Troll et autres caractères déplaisant ne sont que l'illustration de l'existence de zones de friction entre ces meutes ou de quelques loups solitaires venant mordiller vos mollets pour tester la solidité de la meute.

Les réseaux sociaux nous donnent un prisme déformant de la réalité, Dans un récent article, publié sur l'excellent site de monsieur l'avocat de la défense, Loic Le Morlec, qui officiait à ma place lors de la précédente audience, à mis en évidence le caractère trompeur de la mode de l'entreprise libérée, qui numériquement ne correspondant à rien, que ce soit en nombre d'entreprise ou de salariés concernés. L'émergence des modes managériales, entreprise libérée, bonheur au travail est une plaie qui ne permet pas de travailler sur les vrais problèmes des organisations et du travail.

Alors, oui ils sont coupables,

  • Du FOMO, dont je suis moi aussi atteint
  • Du repli sur soi et ses croyances, en mode sectaire
  • De diffusion et propagation d'infox, terme retenu pour parler de fake news

Et ils constituent en cela un véritable danger pour notre jeunesse. Car comme la plupart des maladies mentales en vente dans les catalogues des psycho-psychiatres et autres CHO, l'addiction au réseau sociaux se caractérise essentiellement par la dégénérescence dramatique de la personnalité et perte progressive du libre-arbitre. Privé du moindre sens critique, le surfeur, qui n'est pas californien, en est réduit à se ventouser l'ego et à se cloquer le sens artistique sur ceux d'une poignée de personnages quelconques, morts ou vifs, dont d'autres surfeurs leur font croire qu'ils sont à la mode.


Autant le strabisme est divergent chez Sartre, autant le surf est convergent chez l'Homme. Récemment encore, nous avons vu l'éclosion de mouvements issus de cette nouvelle forme de sagesse populaire ... enfin la sagesse populaire, on connait... c'est celle qui a élu Hitler en 33.

Sur ce, je laisse la parole à la défense, et vais de ce pas poster mon réquisitoire sur mon compte Linkedin.

 

 

Accusation/Défense... il ne manque que le pastis !!!

 

                                                    

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :