Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une soirée consacrée à la formation, ce n’était pas du luxe…

Et aussi un plaisir pour moi d’accueillir au nom de l’ANDRH Île de France Madame Carine Chevrier, Directrice Générale à la DGEFP au Ministère du Travail.  Juriste de formation, HEC et Énarque, sa carrière après l’Inspection de l’IGAS, se déroule en quelques étapes :

  • Chef de service de la jeunesse et des sports à la Mairie de Paris
  • Directrice de la transformation et DGA Finance chez Pôle Emploi
  • Directrice Finance et Patrimoine à l’APHP
  • Puis succession d’Emmanuelle Wargon à la Direction de la DGEFP

Grand honneur de recevoir cette experte de la formation, d’autant qu’elle nous consacre une partie de sa dernière semaine d’activité à ce poste, puisqu’elle intègre le Conseil d’Etat la semaine prochaine.

A la tête d’une équipe de 250 personnes et gestionnaire d’un budget de près de 12 milliards d’€, elle nous permet avec clarté et humour parfois d’aborder les grands volets de la réforme et des implications pour les individus et les entreprises.

Le premier moment de son intervention est consacré au renouvellement des outils au service des salariés : en particulier le CPF.  On explore ainsi les méandres des financements, des acteurs, des publics concernés, de la coconstruction, du rôle des branches…

Le deuxième chapitre concerne le développement des compétences des salariés comme investissement pour l’entreprise. Je ne pouvais pas ne pas poser la question : pourquoi depuis 2014, les organisations comme la FFP, le Garf, l’Andrh -en particulier lorsque Sylvie Brunet était Présidente de la commission Formation- et d’autres encore comme Marie Ange Andrieux, Commissaire aux comptes , ne peuvent avoir satisfaction sur un point : la possibilité d’inscription au bilan, de la formation comme un investissement amortissable… et de rappeler cette anecdote : fin 2013 après l’ANI qui allait donner lieu à la loi de 2014, j’animais un colloque avec les signataires et non signataires de l’ANI et tous (même le Medef et la CGT) étaient d’accord pour accepter l’idée de faire entrer la formation dans les investissements comptables… lorsque j’ai posé ensuite la question à Emmanuelle Wargon qui faisait la clôture, et qu’elle me répondit oui, je me fendis d’un « Madame je vous aime » qui restera dans les souvenirs de certain… Alors pour une fois, Carine Chevrier pu rendre visible ce que tout le monde supposait : c’est Bercy qui coince. Ce qui pour moi, est le type même de la décision contreproductive ( en effet si on le faisait : augmentation des investissements formation, on gagne en compétences et donc en performance, on gagne des points de PIB, on intègre de l’actif immatériel et donc de la valeur d’entreprise…) Donc, pour moi, la conclusion, mais je n’en n’ai pas fait état à notre invitée, la nécessité d’un tir groupé du Medef, de la CPME, de la CFDT et de la CGC mais aussi de FO et de la CFTC… (pour la CGT, je ne sais) , non pas au niveau du Ministère du Travail qui semble acquit mais au niveau de Bercy…

Le troisième moment était consacré à l’apprentissage. Des questions de la salle et qui émanaient d’entreprises mais aussi de CFA permirent à Carine Chevrier de mettre les choses au point sur les acteurs, sur les libertés nouvelles et aussi sur le rôle des OPCO et des branches. Favoriser l’appétence des jeunes pour l’apprentissage est aussi une préoccupation de la DGEFP. La possibilité des « ouvertures » de CFA en fonction des problématiques métiers par les entreprises devient une piste réaliste.

La soirée se termine sur les nouvelles règles de financement de la formation, y compris par un passage sur les pénalités encourues par les entreprises n’ayant pas réalisées les entretiens professionnels et dont la DGEFP semblait mésestimer l’importance. Des précisons restent à venir sur ce point de la part de l’administration ne serait ce que pour préciser le rôle de l’Urssaf dans le processus de contrôle.

Pascal Bernard, Président de l’Andrh Île de France pût remercier chaleureusement Carine Chevrier pour sa prestation, suivi en ce sens par l’ensemble des participants présents.

 La suite sur la news letter de l'Andrh Île de France et sur Le MagRH 6

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :