Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Bien entendu, changer d’avis est toujours suspect. On retourne sa veste, on trahit ses valeurs, ses pensées ou celles des amis. On s’arc-boute sur ses a priori et ses préjugés, on les dénonce ensuite en prétendant ne jamais les avoir faits sien… on se déjuge la plupart du temps de façon maladroite, comme si « changer d’avis » était une faute inexcusable.

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent jamais d’avis…

Alors, je vais vous faire une révélation, je suis un imbécile.

J’entends déjà des murmures qui soutiennent que ce n’est pas un scoop, que j’ai mis du temps à l’admettre… mais à l’occasion de cette rentrée, je dois bien en convenir, il est des points sur les quels je ne changerai pas d’avis…

  1. Je ne peux changer mon approche affective des gens qui trompent les autres. Un exemple ? Une personne de mon « réseau » profite de la gentillesse d’un ami pour lui soutirer une dizaine de milliers d’euros. Elle l’assigne ensuite en justice au prétexte (fallacieux) qu’il lui fait concurrence et l’exclue de son actionnariat en lui proposant de racheter ses parts pour des clopinettes… Là, pour moi, c’est une raison qui ne souffre aucune excuse et si, d’aventure, il lui prenait l’envie de lancer une nouvelle souscription sur les réseaux sociaux, elle me trouverait en embuscade pour prévenir les futurs pigeons…

 

  1. Je ne peux changer mon approche économique en acceptant de « faire de l’argent » sur le labeur des autres et a fortiori lorsqu’ils sont pris à la gorge. C’est pourquoi je ne peux accepter de souscrire à la performance de plateformes qui puisent leurs ressources chez les producteurs (les restaurateurs par exemple) et chez les livreurs (qui n’ont guère le choix et qui sont bloqués par leur statut bâtard). Mais il en va de même de ces « chaines » qui utilisent des procédés « sectaires » avec uniforme, grand’messe, discours mobilisateurs pour ados attardés, et qui, au passage, raflent la mise.

 

 

  1. Je ne peux changer mon approche philosophique et éthique au sujet des causes qui me révulsent et empêchent tout effort d’empathie…  C’est pourquoi, je ne peux admettre (dans le désordre)
  • La chasse
  • La corrida
  • Les atteintes à l’environnement
  • Le sexisme
  • Les reculs potentiels sur l’avortement
  • L’homophobie
  • Le racisme
  • Le refus de prendre en compte le droit de mourir dans la dignité
  • La manipulation « commerciale » d’internet
  • La non exemplarité des élus
  • Etc…

 

  1. Je ne peux changer mon approche politique non pas d’idées (j’ai bien été trotskiste, maoïste et communiste étant plus jeune, avant d’être socialiste tendance Rocard, puis … puis quoi au fait ?) donc, non pas d’idées mais bien de « projets » et d’ouverture. Donc politiquement, en partant du principe que la démocratie est bien ce dont on dispose de moins pire… j’ai besoin de me retrouver dans une orientation qui me donne envie d’espérer et de croire en l’avenir sans une once de populisme.

 

  1. Je ne peux changer mon approche professionnelle sur les points que je pense être non-négociables. La fonction RH se doit d’être elle-même exemplaire. Donc je me battrai pour l’adoption d’une charte de déontologie avec clause de conscience. Mais je me battrai aussi pour l’établissement d’un respect mutuel entre l’entreprise et les partenaires sociaux et pour l’arrivée d’un climat favorable à la co-construction.

Enfin, (et ce n’est pas gagné), j’apporterai ma modeste contribution (à travers peut-être des outils comme le MagRh) pour que les membres de cette profession soient tirés vers le haut aussi bien dans leurs capacités de réflexions que dans leurs rapports à l’entreprise et à la gouvernance.

 

Maintenant, soyons clair… pour le reste je change d’avis assez souvent… quoi que ! Quelques difficultés quand même avec la musique concrète, l’Art moderne et quelques chanteuses et chanteurs d’hier et d’aujourd’hui… Alors, réflexion faite, je dois être un fieffé imbécile…

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :