Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

Allez, l’année n’est pas terminée et j’en profite pour un coup de gueule supplémentaire.

Les violences policières me sortent par les yeux… oh, non pas parce qu’elles sont inacceptables, c’est certain. Mais simplement parce que pour quelques éléments pourris dans une profession qui ne les méritent pas, les médias remettant de l’huile sur le feu, et les politiques faisant preuve d’une incompétence crasse, c’est une partie du rôle de gardien des valeurs républicaines et de la démocratie qui est remis en cause. Cette profession est utile, nécessaire, indispensable et l’opposer à la population dans un bras de fer idiot est une faute.

Et, ce n’est pas d’eux dont je voulais parler…

Cette semaine j’ai eu l’occasion de souper avec de nouveaux voisins dont l’un est « maître d’école », CM1/CM2… Ce que j’ai entendu m’a confirmé ce que me disais il y a quelque temps déjà une « instit » de ma famille : les enfants sont « globalement » en absence totale de « respect », quelque soit le milieu social, et d’autre part, les parents d’élèves sont d’une ingérence et d’une bêtise totale dans les rapports à l’éducation.

Lorsqu’une remarque est faite à un enfant, le retour de la famille est systématiquement le contrepied de l’enseignant. La déformation des propos est permanente, l’absence totale de solidarité éducative est constante. Et dans ces cas-là, la plupart du temps la hiérarchie académique demande à l’instituteur de plier.

Je commence à comprendre pourquoi les vocations ne sont pas légions. Mais surtout je me demande où cela nous mène. Lorsqu’un enfant dit à ses parents que le Maître s’est fendu d’un « fermez vos gueules » et que l’intéressé vous certifie qu’il ne l’a jamais dit (il note sur un carnet toutes ses interventions) et que les parents s’offusquent sans chercher à comprendre… ou lorsqu’il « menace » de nommer à tour de rôle des « responsables de la vérification » de la propreté des toilettes (pour faire face à la détérioration des pratiques) et que les parents s’indignent en déclarant que les « enfants ne sont pas responsables de la propreté »… c’est tout à l’image d’une éducation familiale inopérante et stupide.

Bien des collègues de mon nouveau voisin baissent les bras, on ne fait aucune réflexion à un enfant membre de la communauté des gens du voyage par peur des représailles, on ne demande plus aux enfants de prendre en notes les énoncés de travaux à faire, on leur facilite la vie par des polycopiés, et ainsi de suite…

La couverture par les parents de l’enfant « roi » donneront par la suite les copies minables en orthographe et en réflexion personnelle que je corrige en Bac+3,4 et 5., donneront les ados voyous qui ne respectent pas les gestes barrières, donneront les refus des minutes de silence lors des événements tragiques récents…

Où cela nous mène ? Bientôt une caméra obligatoire dans les classes ? ou sur la blouse du « Maître » comme pour les policiers ?

Voila, la boucle est faite. La liberté individuelle vient se heurter aux valeurs républicaines et à la démocratie. Contrairement à ce que hurlent les extrémistes de gauche et de droite, la liberté est en danger, pas par les flics ou les profs, mais par les cons, ceux qui ne supportent pas qu’on leur renvoie à la face leur connerie.

Le respect est un constituant princeps de la démocratie. Respect des lois, respect des autres. La liberté, l’égalité et la fraternité ne peuvent pas se mettre en place sans le respect.

J’en arrive à des pensées maudites : que celui qui jette une barre de fer sur un policier soit interdit du secours de la force publique en cas d’accident de voiture, de vol, d’agression… que celui qui refuse les gestes barrières ou les vaccins soit interdit de sécurité sociale, que celui qui  refuse la sanction de son fils donné par un prof soit interdit d’allocations familiales… mais, non là je rêve… du moins je crois !

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :