Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Sur les réseaux sociaux, je me suis porté solidaire ces derniers jours, de ces milliers de jeunes qui sont en recherche de contrat d’apprentissage, et j’émettais l’hypothèse que les entreprises devraient faire jouer leur obligations RSE. Mais c’était avant…

Avant que l’on m’informe de la face cachée de la situation…

D’abord, si le ministère du travail se gargarise des 40% d’augmentation de l’apprentissage en France, c’est sans tenir compte de la baisse concomitante des contrats pro… mais, au fond,  c’est une réaction « politique » assez courante. Mais surtout…

Pour favoriser cette augmentation, le gouvernement y est allé de ses « incentives »… la prime aux entreprises d’une part, et du côté des écoles une subvention de 500€ par contrat par mois et durant 6 mois maxi, le temps que l’apprenti trouve son contrat…

Sauf que… une myriade d’écoles de seconde zone, plus ou moins bidon quant à la qualité de l’enseignement, ont voulu profiter de l’aubaine. Elles ont recruté des centaines de jeunes qui, bien entendu n’ont pas trouvé de contrat. (On me cite dans le nord de la France une école qui met ainsi plus de 670 jeunes en situation d’échec).  En revanche, elles ont profité de cette « manne » de 3000€/élève. Aujourd’hui, 6 mois après les jeunes sont sur le carreau, et sont obligés soit d’abandonner, soit de se payer le cursus en formation initiale… et tout ça avec l’argent de la formation (donc celui des entreprises qui cotisent ! Un détournement de fonds publics !!!  (Et en plus certaines écoles sont certainement qualiopi…cf mon dernier billet)

J’en ai plus que marre de voir ce gaspillage, mais surtout cette impunité pour des « marchands de soupe » dont les premières victimes sont des jeunes qui ne demandent qu’à travailler, à s’insérer et à profiter de cette filière qui était bien parti pour devenir une filière d’excellence et qui risque fort de décrépir à cause de ces bandits. Au moment où FACE, cette organisation que j’apprécie beaucoup, organise son événement annuel « osons l’apprentissage » pour lutter contre l’exclusion, il serait bien de mettre un grand coup de pied dans la fourmilière et, Madame la Ministre, de mettre de côté l’urgence des réformes pour donner un peu de temps long aux mesures qui en valent la peine. (Pourquoi ne pas demander à ces écoles de rembourser les sommes perçues lorsque les apprentis n'ont pas eu de contrat, et reverser ces sommes à ces associations qui en feront bon usage ?)

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :