Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui revient ? 

 

Depuis le début des « confinements successifs », si vous avez été attentifs à la prolifération des messages « publi-rédactionnels » sur Linkedin, et autres Facebook, vous aurez peut-être constaté l’invasion permanente des apprentis gourous et des spécialistes des nébuleuses comportementales de toutes sortes.

Il est vrai que les périodes de crise, qu’elles soient économiques, sociales ou sanitaires, sont toujours propices à des foisonnements de charlatans qui veulent vous vendre le bonheur absolu et les poudres de perlimpinpin qui vont avec…mais là on frise l'overdose !

 

Mesdames et Messieurs les DRH ou en cours de l’être, qu’il me soit permis, en toute modestie,  de vous alerter sur un danger qui vous guette… la perte de crédibilité.

Bien entendu, ce message ne s’adresse pas à vous, vous qui les avez vu venir, ou vous qui ne levez même pas une paupière sur ces déclarations. Mais vous, oui vous, qui n’hésitez pas à mélanger l’humanisme qui fonde vos valeurs avec ces psychoniaiseries d’un autre siècle. Comment voulez-vous qu’on vous prenne au sérieux lorsque vous faites dans votre environnement professionnel l’apologie de ces méthodes « coachinesques transcendantales » ou encore de ces formations qui vous permettent de prendre en main votre destin de manager à distance en 3 leçons en visio. Comment voulez vous qu’un CODIR vous donne du crédit lorsque vous proposez la création d’un Chief Energy Officer ou d’un CHO ? Comment estimez-vous la crédibilité de votre image, lorsque vous tombez en pamoison devant ces conseillers qui vous préconisent ces mots valises ou incongrus (engagement permanent, confiance latente, travail hybride, créativité et animal domestique…) et lorsque vous imaginez que cette fameuse application prédictive va soigner l’incompétence de votre service recrutement.

 

Bien entendu, je comprend que lorsqu’on travaille en première ligne d’une organisation mutante et imprévisible, il n’est pas simple de trier le bon grain…

mais de grâce, ces constatations ne datent pas de cette année, elles ont simplement pris plus de force, plus de visibilité mais au fond, les porteurs d'un côté et les récepteurs passifs de l'autre, sont les mêmes.

Quitte à m’exposer un peu plus encore en face d’un public que je respecte et que j’aime, avec l’excuse d’en avoir fait partie, il me semble que bien des Rh qui se considèrent comme des « étoiles filantes » (des CDD non renouvelés, des entretiens de recrutement qui n’aboutissent pas, des missions interrompues… ) et qui s’estiment incompris, ou qui opèrent en compensation lors de réunions professionnelles en missionnaires de ces techniques aventureuses doivent comprendre que leur situation pourrait certainement s’arranger s’ils « professionnalisaient » un peu plus leur vision du métier.

  • Une véritable culture économique (comprendre un bilan, un compte de résultat, une réflexion stratégique, les besoins clients, l’évolution du métier, les contraintes de production…)
  • Une capacité à quantifier (les performances RH, le ROI formation, les couts cachés…)
  • Une vision anticipatrice de l’organisation (les métiers en évolution, les mutations, les compétences nécessaires…)
  • Une curiosité maladive (comprendre l’ensemble de l’environnement et des rouages de l’entreprise)
  • Une aptitude à la mise en place de processus simples et compréhensibles et une proximité réelle
  • Une forte appétence à la négociation (sans a priori, vis-à-vis de toutes les parties prenantes)
  • Et en lien pour toutes ces qualités : le respect absolu des femmes et des hommes qui composent l'entreprise.

Sans avoir besoin de subterfuges parfois dangereux et toujours onéreux, ce sont très certainement là les facteurs clés de succès d’une fonction qui doit s’abstenir de tomber dans ces pièges qui ne sont souvent  que des thérapies personnelles pour celles et ceux qui les promeuvent.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :