Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 

 

Aujourd’hui 23 août 2022, la presse se fait échos d’un différent entre la plateforme Doctolib et les médecins qui lui reprochent d’intégrer les naturopathes dans la liste des spécialistes avec qui prendre rendez-vous. Intéressant à plus d’un titre, surtout lorsque le président de Doctolib dit en substance ceci : « ce n’est pas à nous, support, de décider qui est légitime ou non, mais il existe un marché constitué par une demande, donc nous répondons présent ». S’en suit quand même quelques exclusions de « pseudo soignants »…

En RH, il existe aussi des start-up qui pourraient tenir ce même discours : il existe des outils pour le recrutement, des outils pour les baromètres sociaux, des outils pour la qvt… ce n’est pas à nous de décider s’ils sont légitimes, ils existent et peuvent être demandés… »

Eh bien, ne vous en déplaisent, le marché et les demandes « clients » n’excusent pas tout. En son temps, j’ai connu des demandes de DRH pour l’astrologie, pour la graphologie, pour les rhésus sanguins comme outils de validation des recrutements … et en face des créateurs de tests, des soi-disant experts… étaient-ils légitimes ? NON ! Cette faune a changé de techniques, ils ont numérisés à tour de bras, mais ce sont les mêmes. Ils ont ajouté le coaching, l’évaluation, la qvt et d’autres cibles Ils sont tout autant dangereux. La charte d’éthique qui a été construite par la CGC et le Lab’RH en son temps était une bonne chose. Il ne devrait pas être possible de tenir un discours comme celui de Doctolib surtout en milieu RH. Bien sûr que la start-up, la plateforme est responsable de ce qu’elle véhicule, et si elle ne se considère pas comme tel et refuse de le prouver, il convient de se passer de ses services. Et puis, j’étais membre du bureau de la CNSCR, syndicat du recrutement, lorsque nous avons mis au ban de nos pratiques les sciences para psy. C’est donc aussi aux organisations professionnelles de faire le ménage et d’être garant de la déontologie, en dénonçant ouvertement les escrocs.

J'en conviens, il n'est pas simple pour un RH de refuser un algorithme au prétexte qu'il n'a pas de cohérence scientifique... mais il existe de vrais experts, des personnes qui sont capables de démontrer qu'une approche n'a rien de psycho neurologique, ou que ce n'est pas parce que c'est adopté par les US que c'est un gage de vérité. Je me souviens encore (bénéfice de l'âge) lorsque j'expliquais à des dirigeants d'un test bien connu que cerveau droit et cerveau gauche n'avaient aucun sens... je ne l'avais pas deviné... j'étais simplement allé à l'information auprès de chercheurs en neurologie... des vrais, eux !

 

 

 

Au MAGRH, il n'est pas toujours simple de faire le tri entre la réalité et la fiction dans les approches RH, mais nous y employons et nous laissons le lecteur se faire son idée, mais 'il arrivait que nous laissions passer un article dont les fondements seraient contestables, dans un moment d'égarement, nous n'aurions aucun scrupule à le dénoncer et à le faire savoir haut et clair.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :