Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aujourd'hui l'évolution des technologies fait avancer les outils pédagogiques d'une façon quasi démesurée. Passer en quelques années du power-point/présentiel, à la formation en réalité augmentée est une véritable révolution. Soit ! Mais pas un renversement des paradigmes.. Même si l'on parle de pédagogie inversée, de mobil learning et tutti quanti, le but, la finalité, l'objectif est quand même de permettre à un individu de mettre en application dans son quotidien de travail des savoirs faire, des comportements, des capacités qui le rendront plus compétent et donc plus productif pour l'entreprise. Arrêtons de pratiquer la langue de bois...même lorsque le "développement personnel" est en jeu, c'est au final, une possibilité pour le stagiaire attentif de s'enrichir d'une capacité optimisée à vivre en harmonie avec son environnement et ... avec lui même. Et donc d'avoir des aptitudes à mieux maîtriser les situations. Comme les fondements de la médecine du travail qui proclamait en son temps, qu'un salarié en bonne santé et non contagieux produisait plus et mieux qu'un salarié malade. Pourquoi opposer les deux, puisque les deux y retrouvent leur compte.

Si les finalités ne changent pas, y compris si le rôle des acteurs évolue (des salariés acteurs de leur formation...) en revanche les neurosciences nous en apprennent chaque jours un peu plus sur le mode d'acquisition et de conservation des savoirs... On savait que les mécanismes de l'hippocampe étaient sollicités, que les "récompenses" favorisaient l'automatisation (d'où l'intérêt du ludique), on soupçonnait le rôle des neurones miroirs, et il reste encore bien des découvertes à venir...

En utilisant les nouveaux outils, on peut travailler les processus d'ancrage dans la mémoire de ce que l'on apprend. Enfin, l'idée que l'on oublie très vite une grande partie de nos formations, déjà si on ne les mets pas en application, mais aussi si on ne suit pas un cheminement cumulant répétitions et choix sémantiques judicieux et ciblés, est une idée qu' acceptent et valident bien des responsables de formation. Quelques starts-up (Formetris, beedeez, woonoz...) investissent cette nouvelle piste. mais j'imagine que le plus compliqué reste à faire: 

faire accepter à des experts, à des hiérarchies, à des opérationnels, que la transmission des savoirs ne pourra plus ressembler à ce qu' elle était avant. Que des ruptures méthodologiques sont indispensables. Et qu'avec ces ruptures, ce sont certainement d'autres données (l'approche "qualité", l'évaluation, les relations à la performance...) qui doivent être revisitées.

Partager cet article

Repost 0